Société

Festival Al Haouz: Faire de la culture une dynamique de croissance

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5265 Le 04/05/2018 | Partager
Les jeunes de la région au coeur du programme
Temps fort: la conférence JamSalam qui débat sur la possibilité d’entreprendre
Et un état des lieux des fouilles archéologiques d’Aghmat
festival-al-haouz-aghmat-065.jpg

Un circuit culturel est proposé aux festivaliers pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine médiéval d’Aghmat. L’occasion de faire le point sur l’état des lieux des fouilles archéologiques du site (Ph. Mokhtari)

Faire échanger ensemble les artistes, les intellectuels, les jeunes entrepreneurs et chefs d’entreprises, les agriculteurs et les artisans. Avec Mohamed Mourabiti aux commandes, le Festival Al Haouz ambitionne de valoriser les métiers, les savoir-faire et les savoir-être. L’édition 2018 est prévue en deux temps, avant et après le mois du ramadan.

Le 2e volet, prévu en juillet, sera le plus festif. En attendant, jusqu’au 7 mai prochain, la session de printemps tente d’accompagner la jeunesse du Haouz vers l’autonomie, la créativité et l’innovation en puisant dans son socle culturel les outils d’une dynamique entrepreneuriale durable. Temps fort de l’événement, la conférence JamSalam sur la valeur des cultures dans l’entrepreneuriat.

Après un workshop sur «la possibilité d’entreprendre», ce rendez-vous invite au débat son administratrice Nadia Salah, directrice des rédactions du groupe Eco-Médias, Amadou Diaw, le président du Forum de Saint Louis et fondateur du groupe d’écoles privées ISM au Sénégal et Thami Ghorfi, président du groupe ESCA, Ecole de management au Maroc. Une conversation modérée par Mouna Kadiri, secrétaire générale et co-fondatrice de l’association.

Considérant que le dialogue interculturel est à la fois créateur de valeurs et de développement, JamSalam incarne un plaidoyer pour le déploiement de politiques interculturelles, au Nord comme au Sud, d’envergure au moins équivalente à celle déployée dans les politiques de défense.

Ambitieux. Les jeunes peuvent ici récolter quelques bonnes idées sur les nouvelles manières de développer ces projets, ou comment avoir un impact sur la création de valeurs face à de nouveaux territoires de déploiement qui s’ouvrent à ces générations portant différentes cultures du continent africain.

Enfin, comme l’année précédente, un circuit culturel est proposé aux festivaliers pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine médiéval d’Aghmat. C’est l’historien d’art et commissaire d’exposition, Brahim Alaoui, qui est chargé de faire le point sur l’état des lieux des fouilles archéologiques du site aux côtés de la  journaliste et historienne, Zakya Daoud, de l’historien Hamid Triki, qui traite principalement des arts et des échanges culturels entre le Maroc et l’Andalousie musulmane, et Abdallah Fili, professeur d’archéologie islamique à l’Université d’El-Jadida. Objectif commun: faire prendre conscience de l’importance que revêt la préservation de ce patrimoine.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc