International

Retraites dans l’UE: «Des réformes, mais pas suffisantes…»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5265 Le 04/05/2018 | Partager
Risque de pauvreté ou d’exclusion sociale
Hausse des besoins avec l’âge, diminution de la valeur des pensions

Une nouvelle analyse de la Commission européenne se penche sur «les retraites dans l’UE». Ses auteurs ont constaté que les Etats membres accordent de plus en plus d’attention, dans le cadre de leurs réformes, à la pérennité et à l’adéquation des retraites, mais que des mesures supplémentaires seront nécessaires à l’avenir. Réformer et simplifier les régimes de retraite est l’une des recommandations des institutions internationales (Banque mondiale, FMI, OCDE…). Au Maroc comme dans de nombreux autres pays, cette réforme est essentielle (voir aussi «Retraite des fonctionnaires: Les ratages de la réforme», dans notre édition N° 5143 du 08/11/2017).
Voici ce que dit le rapport de Bruxelles:

■ Etat des lieux: A l’heure actuelle, le nombre d’Européens âgés exposés au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale a diminué de 1,9 million par rapport à il y a dix ans. Tandis que le nombre de travailleurs âgés occupant un emploi a augmenté de 4,1 millions au cours des trois dernières années seulement. Malgré ces améliorations, il ne faut pas relâcher les efforts ni les moyens. Car, environ 18,2% des personnes âgées d’au moins 65 ans dans l’UE (soit quelque 17,3 millions de personnes) restent aujourd’hui exposées au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Cette proportion est restée quasiment inchangée depuis 2013. La situation est telle que les besoins augmentent avec l’âge, tandis que la valeur des pensions diminue au cours de la retraite.

■ Ce qu’il faut faire: Afin d’assurer l’adéquation et la pérennité des pensions actuelles et futures, les systèmes de retraite doivent promouvoir un allongement de la vie active qui tienne compte de l’augmentation continue de l’espérance de vie. Cela peut être réalisé en encourageant l’éducation et la formation tout au long de la vie, en offrant un environnement de travail sûr et sain et en adaptant l’âge de départ à la retraite. Puis, en récompensant les départs à la retraite différés et en décourageant les départs anticipés. Les modalités de travail flexibles, y compris la possibilité de combiner la pension avec le revenu d’un travail et les incitations fiscales au report du départ à la retraite sont de plus en plus répandues et continueront d’être importantes.

■ D’autres mesures: Les Etats membres devraient également prendre des mesures supplémentaires pour combler l’écart en matière de pensions de retraite. Celles des femmes sont encore inférieures de 37% à celles des hommes en raison de salaires plus faibles et de carrières raccourcies par l’exercice de responsabilités familiales.Les politiques instaurées doivent promouvoir l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. Il est question aussi d’apporter des solutions aux problèmes de participation au marché du travail, d’intensité de travail et d’interruption de carrière…

■ Socle européen des droits sociaux: Il importe également de continuer à étendre le champ d’application des régimes de retraite aux personnes exerçant un travail atypique ou une activité non salariée et de promouvoir l’épargne-retraite complémentaire. Dans le même ordre d’idées, la Commission a récemment présenté une proposition de recommandation sur l’accès à la protection sociale.

■ Prochaine étape: Le rapport 2018 sur l’adéquation des retraites et l’ensemble des conclusions qui y figurent ont été adoptés par le Comité de la protection sociale le 25 avril 2018. Ses conclusions doivent être approuvées par le Conseil «Emploi, politique sociale, santé et consommateurs» en juin 2018 et qu’elles alimentent le processus du Semestre européen. Le rapport sera prochainement complété par un autre sur le vieillissement, établi par le Comité de politique économique. Celui-ci évaluera la manière dont les futures dépenses en matière de pensions de retraite se répercuteront sur la viabilité des finances publiques.

Le cas français

retraite_ue_065.jpg

- La future réforme des retraites: Elle sera discutée jusqu’à la fin de l’année avec les partenaires sociaux. Le président français Emmanuel Macron veut qu’elle soit votée en 2019. Les organisations syndicales seront consultées sur plusieurs grands blocs thématiques par étapes. En parallèle, un dispositif de consultation et de participation citoyenne sera lancé mi-mai sur internet, via le site participez.reforme-retraite.gouv.fr.

- Le fonctionnement de l’épargne retraite: Il sera assoupli au niveau des transferts entre contrats comme du versement des sommes accumulées. L’épargne retraite permet au particulier d’accumuler une somme d’argent qui ne pourra lui être distribuée qu’à la fin de sa vie active. Ces produits peinent à décoller, d’autant qu’ils sont fragmentés en de multiples contrats. En tout, ils représentent 200 milliards d’euros de placements en France, bien loin des 1.700 milliards de l’assurance vie (voir aussi «Comment la France réforme l’épargne retraite», cf. notre édition N° 5250 du 12/04/2018).

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc