International

La Corée du Nord promet de fermer son site nucléaire

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5262 Le 30/04/2018 | Partager
La déclaration faite lors du sommet historique entre les deux Corées
La rencontre entre les Etats-Unis et la Corée du Nord très attendue
kim-jun-un-062.jpg

Lors de leur sommet organisé à Panmunjom, les deux Corées ont confirmé leur «l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire»

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a promis la fermeture des sites d’essais nucléaires et de missiles balistiques, ainsi que le démantèlement d’un site à partir duquel étaient effectués les tests d’armes atomiques. Cette déclaration a été faite vendredi lors du sommet intercoréen historique avec le président sud-coréen Moon Jae-in. Or, pendant des années, Pyongyang a soutenu qu'il ne renoncerait jamais à l'arme atomique, indispensable selon lui pour le protéger d'une invasion américaine.

Kim Jong-un compte également «inviter des experts de Corée du Sud et des Etats-Unis ainsi que des journalistes pour révéler le processus à la communauté internationale de manière transparente». «La Corée du Nord a déjà invité des spécialistes étrangers sur son principal site nucléaire, à Yongbyon, en 2008, quand il avait détruit une tour de refroidissement vétuste», rappelle Hong Ming, analyste à l’Institut Corée pour l’unification nationale.

Il juge néanmoins la situation plus prometteuse aujourd’hui. Ceci étant, les deux dirigeants coréens se sont engagés vendredi sur la voie de la réconciliation. Ils ont convenu à cette occasion de parvenir  à travers la «dénucléarisation totale» à «une péninsule coréenne non nucléaire promettant ainsi l’établissement d’une paix «permanente» et «solide» entre leurs pays. En 2007, Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un, avait déjà rencontré le président Roh Moon-hyun.

A cette période, il était déjà question de gel de programme nucléaire et de traité de paix, qui sont restés lettre morte, tout autant que les promesses faites lors d’un précédent sommet, en 2000. Selon le porte-parole de la présidence sud-coréenne, Kim Jong-un aurait déclaré que  «les Etats-Unis nous trouvent repoussants, mais une fois que nous parlerons, ils se rendront compte que je ne suis pas quelqu’un qui va tirer une arme nucléaire sur le Sud ou viser les Etats-Unis».

Ces déclarations pourraient être perçues comme une carotte avant un autre sommet très attendu, entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

Ce dernier  a déclaré lors d’un déplacement dans l’Etat du Michigan, que le sommet avec le dirigeant nord-coréen aurait lieu dans les trois ou quatre prochaines semaines. Singapour est considéré comme l’un des hôtes possibles du sommet, a indiqué un haut responsable de l’administration américaine.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc