Competences & rh

Comment retenir les talents?

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5254 Le 18/04/2018 | Partager
Sérieux déficit en compétences managériales
Inquiétant désengagement des middle managers
Gestion du capital humain, l’affaire de tous les départements
talents_rh_054.jpg

Afin d’identifier les ressources clés à fidéliser, il est important de disposer d’un système annuel d’évaluation et de suivi

Au-delà d’un salaire, les talents sont souvent à la recherche d’un cadre de travail stimulant, et d’une organisation leur permettant une bonne progression de carrière. Chose qu’ils ont du mal à trouver chez les entreprises locales. Les meilleurs, courtisés par le marché, n’hésitent pas à changer d’employeur, dans l’espoir d’accéder à un environnement correspondant à leurs attentes.

«La plupart du temps, les entreprises ne voient pas venir les départs. Et pour cause,  la majorité ne dispose pas d’un système d’évaluation annuel permettant d’identifier les ressources sur lesquelles il faut tout miser», relève Khalid Jababdi, membre de la commission Emploi et Relations sociales de la CGEM, DRH de Uniforce/Forum, groupe Medtech. Même si elles ont conscience de l’enjeu de la fidélisation des talents, rares sont celles qui développent des outils adéquats. Le management du capital humain est, pour ainsi dire, une discipline encore très peu investie au Maroc.

«Les sociétés locales souffrent d’un sérieux déficit en termes de gouvernance et de leadership, notamment du côté du middle management», souligne Jababdi. «Les middle managers sont souvent désengagés et peu formés. Il ne suffit pas de promouvoir à ce poste le meilleur technicien ou le plus ancien. Le management est un métier à part, avec des compétences spécifiques», regrette-t-il. Or, ce sont justement eux qui exécutent toutes les stratégies…

Fidéliser les talents requiert un investissement permanent. Fédérer autour de valeurs claires, donner du sens, jouer sur la proximité, offrir des projets challengeants, communiquer… les recommandations des experts RH sont loin d’être de simples slogans.

Appliquées au quotidien, elles peuvent faire toute la différence. «Il est aussi important de donner une vision, de clarifier les missions et de témoigner du respect à ses collaborateurs», insiste pour sa part le fondateur du cabinet Diorh, Essaid Bellal.
Les grands groupes avec des départements RH bien rodés mettent en place des baromètres sociaux, mènent des enquêtes de satisfaction et organisent des focus group afin d’avoir un tableau de bord complet. 

  
«Pour ne pas se confronter à une pénurie de talents, l’entreprise doit se transformer en machine à production de ressources humaines à même d’assurer en permanence la relève», pense Jababdi. «Et ce n’est pas l’affaire de la seule fonction RH. Il s’agit de mettre en place un projet d’entreprise autour duquel toutes les fonctions doivent être mobilisées», poursuit-il. Néanmoins, la dynamique devrait être insufflée par le top management. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc