Politique

Le Maroc bientôt dans le club des pays paisibles

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5253 Le 17/04/2018 | Partager
La Fédération pour la paix universelle compte y installer une section
Elle regroupe 67 pays et plus de 800 parlementaires
Dialogue interreligieux, éducation, famille… au menu
tajedine_hamad_053.jpg

Pour Tajedine Hamad, vice-président de la FPU, «le Maroc prône la paix depuis des siècles. Son expérience serait enrichissante pour l’association des parlementaires de paix». D’ailleurs, l’ouverture de la section marocaine de la FPU est pour bientôt (Ph YSA)

Terre de paix et de tolérance, le Maroc est sur le point d’intégrer la Fédération pour la paix universelle (FPU), une entité ayant un rôle consultatif permanent à l’ONU. C’est ce qui ressort en effet de la récente rencontre de Habib El Malki et Tajedine Hamad, respectivement le président de la Chambre des représentants et le vice-président de la FPU. A la tête d’une importante délégation, ce dernier s’est rendu à Rabat, puis à Fès, «berceau des civilisations».

Particulièrement, la visite de la médina de la cité Idrisside était riche d’enseignements. Surtout d’un tissu ancien qui accueillait jadis d’illustres savants comme Ibn Khaldoun, Maïmonide ou encore le pape Sylvestre II. Les livres d’histoire décrivent cette cohabitation paisible qu’offrait Fès à sa population, qui n’avait pas nécessairement la même religion ni les mêmes croyances, mais qui était surtout «habitée» par l’âme de la ville millénaire et son savoir-vivre.

Fasciné par la mémoire de ces lieux d’accueil privilégiés pour les gens en quête du savoir, Tajedine Hamad a accordé un entretien exclusif à L’Economiste.

■ «Fès, berceau des civilisations»
«A l’image de Fès, berceau des civilisations, le Royaume préserve les valeurs sociétales, de famille, de coexistence, et de respect», estime Hamad. Des valeurs «très recherchées de nos jours» et qui assurent intégrité et éducation pour les enfants «hommes d’avenir». La Fédération qu’il représente veut booster sa coopération avec le Maroc, «un pays paisible et stable». «Nous voulons savoir comment votre pays a instauré cette stabilité. L’expérience du Maroc s’ajoutera à d’autres réussies à travers le monde afin de promouvoir la paix universelle», note Tajedine Hamad.

■ Un réseau pour promouvoir la paix
Pour y parvenir, sa Fédération initie la création de l’Association internationale des parlementaires pour la paix. Lancée en 2016 avec plus de 400 parlements d’environ 67 pays, cette association se veut «un réseau de lobbyistes politiques prônant la paix à travers le monde». Elle regroupe aujourd’hui des députés des quatre coins du monde (Corée du Sud, Népal, Angleterre, Burkina-Faso, Zambie, USA, Japon, Palestine…). «Après avoir créé des représentations régionales au Moyen-Orient, Afrique, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Asie… notre fédération a installé des antennes dans différents pays», explique Hamad. Au Maroc, cette initiative est menée en collaboration avec le député (PI) Allal Amraou, désormais ambassadeur de paix. «Le Royaume a un rôle pionnier dans la préservation de la paix. Renforcer la coopération entre la Chambre des représentants et la Fédération pour la paix universelle, au service de la paix et de la prospérité dans le monde…serait d’un grand apport», estime le responsable onusien.

■ La paix au Proche-Orient
Parmi les actions de la FPU figure l’initiative de paix au Proche-Orient (MEPI). Celle-ci amène des Ambassadeurs de paix en Israël, en Palestine et en Jordanie pour promouvoir la compréhension et la réconciliation entre les gens des trois fois abrahamiques. Ils vont chez l’habitant, visitent les lieux saints et les lieux de travail, rencontrent des personnalités et prennent part à des dialogues, des réunions interreligieuses et des projets d’entraide. Dans cette mission, les Ambassadeurs de paix constituent un réseau global de décideurs représentant la famille humaine dans toute sa diversité religieuse, raciale et ethnique.

■ «L’humanité: Une famille unie en Dieu»
Prônant le dialogue interreligieux, la FPU défend 5 principes: Dieu, spiritualité, famille, altruisme, unité. Pour son vice-président, il faut reconnaître que l’humanité forme une seule et même famille, créée par Dieu. Harmoniser les dimensions spirituelles et matérielles de la vie, valoriser la famille comme principale école de l’amour et de la paix, et vivre pour les autres pour réconcilier la famille humaine divisée, figurent parmi ses principales valeurs. L’ambition étant de bâtir la paix grâce à une coopération qui transcende les barrières raciales, religieuses et nationales. En ce sens, le dirigeant de la FPU note que «le compromis politique ne suffit pas pour avoir la paix, il faut traiter le conflit à la racine». «Le temps est venu d’abattre à tout prix les frontières raciales, ethniques et religieuses. La foi donne le pouvoir de pardonner et l’amour abroge des générations de haine, de rancune et de violence», conclut-il.

Carte de visite

La Fédération pour la paix universelle (FPU) est une alliance internationale de personnes et d’organisations résolues à bâtir un monde de paix. Dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), elle siège à New York et dispose de plusieurs sections dans plus de 67 pays et compte 800 membres à travers le monde. Grâce à son réseau d’Ambassadeurs de paix, la FPU réalise une large gamme d’initiatives et de projets relatifs notamment à la paix, l’éducation, et l’entraide humanitaire. Le renouveau des Nations unies est un objectif central pour la FPU. Dans le but de soutenir les efforts visant à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations unies, la FPU encourage une perspective spirituelle du développement humain, incluant des aspects moraux et spirituels, recommandant que les Nations unies s’appuient sur la sagesse des traditions religieuses mondiales pour valoriser les approches que les diplomates utilisent dans la résolution des conflits.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc