Competences & rh

Renault: Le bien-être en entreprise, c’est du sérieux

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5248 Le 10/04/2018 | Partager
Un terrain de foot à Tanger, une crèche et des salles d’allaitement
Une enquête annuelle sur l’engagement et la satisfaction
La chasse aux problèmes «irritants» au bureau
renaults_048.jpg

En l’espace de 5 ans, le nombre d’employés de Renault au Maroc a doublé. A l’échelle du groupe, le Maroc est aujourd’hui classé 5e en termes d’effectifs salariés

Les grands groupes l’ont bien compris, le bien-être des salariés est aujourd’hui un enjeu stratégique. C’est un aspect qui compte pour la génération Y, et qui aura encore plus d’importance pour la génération Z. A Renault, le sujet est pris à bras le corps par le management.

Une enquête est réalisée chaque année par un cabinet externe, afin de sonder l’engagement et la satisfaction des collaborateurs par rapport à leurs conditions de travail. «Au Maroc, les résultats sont très satisfaisants. C’est l’une de nos meilleures références», se réjouit Marie-Françoise Damesin, Vice-présidente exécutive RH du groupe. Le taux d’engagement est de 85%, tandis que celui de satisfaction (enablement) est de 74%.

Les outils de travail sont, par ailleurs, minutieusement étudiés. Des groupes de discussions sont organisés, afin de relever les «irritants» des salariés au bureau (un ordinateur qui ne marche pas correctement, un stationnement difficile…). Une liste des problèmes est ensuite élaborée. Les plus importants sont traités en priorité. L’initiative est baptisée «Simple work at Renault».     

De 2012, date d’ouverture de l’usine de Tanger, à aujourd’hui, la filiale Maroc s’est hissée parmi celles qui comptent dans le groupe. Elle assure 10% de sa production mondiale de véhicules. Un record en si peu de temps. En termes d’effectifs salariés, le Maroc est classé cinquième. Le constructeur automobile y accorde une place centrale au bien-être.

«Après avoir investi dans un terrain de foot, nous sommes en train de mettre en place une crèche d’entreprise et des salles d’allaitement», relève Abdelaziz Mouhajir, DRH Maroc. Des activités sont, en outre, organisées pour les enfants des collaborateurs (sorties dans des parcs de jeux, visites de salons, actions de sensibilisation sur des sujets divers…). «Nous misons également beaucoup sur la reconnaissance de la performance. Parfois une poignée de main peut être valorisante», souligne Damesin.

Renault met aussi le paquet sur la formation. «Nous avons monté une école de management interne, avec un dispositif couvrant tous les niveaux, depuis le chef d’équipe au dirigeant», précise Mouhajir. «Pour les chefs de département, nous avons, en outre, développé des programmes avec l’EM Lyon Casablanca. Pour les chefs d’équipe, d’atelier et de service, nous avons conçu des parcours spécifiques avec des cabinets marocains», poursuit-il.

Sans compter l’Institut de formation aux métiers de l’automobile (IFMIA) que le groupe gère à Tanger, ainsi que les clubs métiers, permettant aux salariés d’échanger leur expérience et bonnes pratiques à l’échelle de tout le groupe. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc