Régions

Meknès veut encourager l’agro-industrie

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5247 Le 09/04/2018 | Partager
L’Agropolis accueille à peine 16 entreprises et 6.238 emplois
Valorisation, conserve, transformation… des secteurs porteurs
qualipole-047.jpg

Opérationnel depuis 2012, l’Agropolis de Meknès offre des solutions agri-food by MedZ, pour une intégration de l’aval du secteur industriel… pourtant, il n’a vu créer que 16 unités (Ph. YSA)

Meknès peine à attirer des investissements dans la valorisation des produits agricoles, alors qu’elle dispose d’un Agropolis, aux normes internationales. C’est ce qui ressort, en effet, d’une journée d’information sur le contrat-programme de l’industrie agroalimentaire, tenue la semaine dernière au Qualipôle de Meknès.

Réunis à l’initiative de la Direction régionale de l’agriculture, la Comader et l’Interprolive, quelque 500 opérateurs et agriculteurs ont été informés des opportunités du contrat-programme de l’agro-industrie. Dans ce sens, «pas moins de 33 milliards de DH sont alloués au contrat-programme oléicole», a rappelé Rachid Benali, président de l’Interprolive.

Toutefois, au lieu d’investir dans l’industrie de valorisation, ayant une forte valeur ajoutée, les opérateurs optent en majorité pour des unités de trituration. A telle enseigne que «la région de Fès-Meknès compte aujourd’hui 345 unités de trituration d’huile d’olive d’une capacité de 16.000 tonnes/jour. C’est dire qu’elle est saturée par ce nombre d’unités», estime Kamal Hidane, directeur régional du ministère de l’Agriculture de Fès-Meknès.

Faut-il souligner qu’une bonne partie de l’huile d’olive triturée est vendue en vrac. En outre, avec les 15 unités de conserve que compte la région, la filière oléicole affiche actuellement un grand besoin dans le domaine de la conserve d’olives. Il en est de même pour le secteur céréalier qui comptabilise 71 unités de stockage des céréales avec une capacité de près de 1,5 million de t/an et 36 minoteries industrielles à blé d’une capacité de 2,5 millions de t/an.

Par ailleurs, seulement 5 unités de fabrication des pâtes et de couscous s’activent dans la région. Ce secteur affiche également un déficit au niveau de l’industrie en aval de cette filière. Il en est de même pour la filière laitière et de la viande rouge. Ce contrat-programme devrait donc appuyer ces industries pour se développer. D’autant que Meknès dispose de la zone d’activité et des ressources humaines nécessaires.

«L’agriculture est un secteur porteur pour la région. Il emploie 50% de la main-d’œuvre et pèse près de la moitié du PIB régional», indique le wali, Saïd Zniber.

Proche du réseau autoroutier (à 4 km de distance), l’Agropolis est opérationnel depuis 2012. Initiée par MedZ, cette plateforme compte aujourd’hui 16 opérateurs offrant quelque 6.238 emplois directs, en majorité dans le câblage automobile. Pour rappel, l’offre de valeur mise en place dans cette zone se compose ainsi de terrains industriels aménagés selon les meilleurs standards techniques, services de maîtrise d’ouvrage déléguée pour la construction de bâtiments industriels, et services de gestion, portés par une structure dédiée (sécurité, gardiennage, entretien des espaces verts, etc.).

Ce parc, dont la première tranche s’étend sur une superficie de 140 ha, est également doté de structures d’accompagnement, pour offrir des services de laboratoires, d’analyses et de contrôles sanitaires ainsi que des services de contrôle des exportations, en plus des activités de formation et de recherche & développement.

Toutefois, pour certains opérateurs, «les tarifs proposés par MedZ (450 DH/m2 pour les petites superficies de 1.000 m2) restent trop élevés». Signalons enfin que la filiale de CDG Développement a misé plus d’un milliard de DH en infrastructures afin d’accompagner le plan Maroc Vert à travers l’aménagement des agropoles de Meknès, Berkane et Agadir.

Haro sur les spéculateurs

Alors que la direction de l’Agropolis avance la commercialisation de plus de 60 lots de terrain, seules 16 entreprises (Auto Hall, Yazaki, Pellenc Maroc, Le Plastique, Delphi (Aptiv), Sicopa, Atlas Pionies, Sameco Courtois, Notre Café, Univers horticole Dermafric…) ont vu le jour. Certains observateurs s’interrogent sur ces lots vendus mais non construits. Ils craignent surtout les spéculateurs. A ce titre, le CRI devrait retirer 8 lots de terrain dans les prochains jours», annonce Abdeljabbar El Achab, président de la CGEM Meknès-Ifrane. Déjà opérationnelle, l’Agropole de Meknès propose une offre intégrée en immobilier industriel. Aujourd’hui, le bilan est encourageant, avec l’installation de groupes industriels de renom et le développement de projets industriels innovants à forte valeur ajoutée. «Cette zone d’activités offre des solutions agri-food by MedZ, pour une intégration de l’aval du secteur industriel… Nos agropoles sont des parcs industriels modernes, conçus pour répondre à la demande des industriels opérant sur toute la chaîne de valeur agricole», estiment les responsables de MedZ. Le parc est doté aussi d’un bâtiment d’accueil, sur une superficie de 3.000 m2, afin d’assurer les services de base et de proximité: guichet unique, bureau de poste, banques, commerce...

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc