Régions

Tanger-ville: La reconversion dans sa dernière ligne droite

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5247 Le 09/04/2018 | Partager
Le port, premier exemple réussi d’une réinsertion urbaine
6 milliards de DH pour les composantes maritimes et terrestres dont un téléphérique
tanger-ville-047.jpg

Le port de Tanger-ville, complètement réaménagé, se prépare à entrer en scène. Si avant il était source de perturbation, aujourd’hui, avec sa marina, ses restaurants et ses hôtels avoisinants, il devient le centre de gravité de la ville (Ph. Adam)

Le port de Tanger dont la reconversion touche à sa fin fait figure d’exemple en la matière. C’est en ces termes qu’il est présenté par Mohamed Maghazi, commandant du port historique de la ville de Tanger. Ce dernier intervenait lors des 4e journées nationales des capitaineries du Maroc à Tanger.

Le port historique de Tanger, l’un des plus anciens de la région, est en effet le premier exemple de reconversion d’un port urbain qui a réussi son ouverture sur son environnement immédiat au niveau du Maroc. Le projet apporte une réponse directe aux problématiques que supposait à l’époque l’implantation d’un port avec un tissu urbain environnant dense et à forte imprégnation historique, comme c’est le cas pour Tanger. Le pari a été relevé et Tanger peut maintenant faire l’économie des nuisances émanant du port jusqu’à il y a moins de dix ans. Parmi elles, l’encombrement et les embouteillages que connaissaient les voies d’accès à la ville, ainsi que la saleté environnante due au traitement des marchandises en vrac.

A ces désagréments, il fallait ajouter le blocage total du centre-ville lors du retour des MRE en été. Depuis 2010, date d’entrée en service du port TangerMed, cette liste de nuisances fait partie du passé, mais il fallait combler le vide laissé. Ce fut chose faite avec la création de la société d’aménagement de l’environnement portuaire (SAPT) lors de la même année.

Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et le port de Tanger-ville ainsi que son périmètre ont nettement changé. Le complexe compte aujourd’hui une Marina, l’une des plus ambitieuses de la région. Quasi finalisée, elle accueille 1.400 anneaux, un port de croisière avec des quais dédiés (nouveauté à Tanger aussi) et un port de pêche de portée régionale.

L’investissement global a dépassé les 6 milliards de DH avec une importante composante urbaine qui inclut des espaces publics étendus dont deux grandes places ainsi qu’un téléphérique, le premier du genre au niveau maghrébin.

Le projet inclut aussi un volet restauration avec la prise en charge des murailles de la ville mitoyennes du port. Ces dernières ont connu un important travail de remise à niveau et de valorisation avec un éclairage dédié qui fait la fierté des voisins du port.

A noter que le projet inclut aussi divers centres commerciaux, hôtels et restaurants. La partie urbaine est à la charge d’Eagle Hills qui vient d’ailleurs d’installer un bureau de vente. Les travaux pour la partie résidentielle devraient démarrer bientôt, dès la fin de la phase d’étude entamée par cet opérateur en charge de la Marina du Bouregreg à Rabat.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc