Entreprises

Marina de Casablanca: Un retard qui inquiète...

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5247 Le 09/04/2018 | Partager
L’aquarium futuriste tombe à l’eau?
Un projet redimensionné faute de financements?
Aucune visibilité sur les chantiers à l’arrêt
marina-casablanca-047.jpg

Maquette de ce que devait être le JW Marriott de Casablanca avec ses 42 étages et 700 lits (Source: CDG)

Chantiers en stand-by, retards sur le calendrier, manque de visibilité… Une grande partie des composantes de la marina de Casablanca peine à voir le jour. Si les tours résidentielles, bureaux et la partie retail sont livrés ou dans leur phase finale, le reste en est encore au stade de projets sur papier. C’est le cas du palais des congrès (de 2.400 places), du port de plaisance, des hôtels et de l’aquarium, qui devaient être tous livrés cette année.

Or, ce sont ces composantes qui font une véritable marina et non le centre d’affaires ou le résidentiel. En même temps, il y a une nécessité de créer un cadre de vie agréable autour pour le bien-être des collaborateurs et des résidents. En attendant, une métropole comme Casablanca, qui prétend au statut de ville-monde, n’a même pas un palais des congrès digne de ce nom!

Celui-ci fait partie des chantiers qui tournent au ralenti, piétinent ou bloquent sans raison apparente. Interrogées, les quelques sources proches du dossier restent muettes sur les véritables causes de ce retard. Est-ce dû aux financements qui tardent à venir? Personne ne se prononce.

Juste en face, les aménagements et les travaux sur les infrastructures avancent rapidement. C’est le cas de la trémie Almohades qui tourne à plein régime, des travaux sur les voiries, la réhabilitation de l’ancienne médina, l’aménagement de la promenade de la Mosquée Hassan II…

Douze ans après le lancement du méga-chantier de la marina, quel bilan peut-on faire des réalisations sur le terrain? Le port de plaisance, les 3 unités hôtelières (dont Marriott et Oberoï) et l’aquarium tombent-ils aux oubliettes? Il s’agit pourtant de projets ambitieux et séduisants sur papier: 3 hôtels de luxe dont un de 42 étages et 700 lits (Marriott), palais des congrès, adossé à l’hôtel avec une salle polyvalente, ballroom, salles de commissions et sous-commissions ainsi qu’un  auditorium de 2.500 places… A terme, la composante hôtels de luxe, dont l’investissement global s’élève à plus de 2 milliards de DH, devait avoir un taux d’occupation de 85.000 nuitées par an et générer quelque 5.000 emplois directs et indirects.

Objectif: renforcer l’offre «corporate» pour élargir le segment du tourisme d’affaires. Le site devait offrir une large gamme de prestations dont des congrès, manifestations d’entreprises, conventions, salons, foires, spectacles… Casablanca ambitionne, rappelons-le, de développer, à l’horizon 2020, une offre dédiée au tourisme d’affaires, en enrichissant l’expérience avec des offres de niche, comme le golf et le bien-être.

marina-casa-2-047.jpg

Maquette de l’aquarium qui nécessite un investissement de 250 millions de DH. Il devait être livré cette année (Source: CDG)

L’objectif aussi est de capitaliser sur l’affluence d’affaires pour mettre en place une offre «city-break», articulée autour de la culture et des loisirs et en optimisant les synergies avec les régions avoisinantes, en particulier les sites de Rabat et El Jadida.

Mais à ce jour, rien ne se concrétise. L’aquarium n’est pas mieux loti. Le projet annoncé en grande pompe en 2015 (cf. édition du 21 janvier 2015), devait déjà être livré en 2017. Al Manar Development Company, filiale du groupe CDG, avait présenté à l’époque la maquette de l’aquarium, qui devait s’étendre sur une superficie de 15.000 m2.

Les initiateurs du projet ont vu grand dès le départ. Mitoyen de la Mosquée Hassan II, le futur aquarium devait être l’une des destinations phares de la ville, voire une attraction à l’échelle continentale! Ses concepteurs se sont inspirés de l’expérience de l’aquarium de Valence (2e plus grand d’Europe et 4e au niveau mondial) qui réussit à drainer plus de 1,5 million de visiteurs par an et 35 millions d’euros de revenus annuels.

marina_casa_3_047.jpg

Les livraisons des tours résidentielles et des bureaux ont été bien assurées. Le quartier  abrite les sièges régionaux de multinationales et de grands groupes. Au total, une soixantaine d’entreprises y ont déjà élu domicile dont  Philips, Centrale Danone, Mitsubishi, BNP Paribas, Mitsui & Co, Microsoft, Philip Morris… (Ph. L’Economiste)

Trois ans après, aucune avancée n’est réalisée. Lancé fin 2015, l’appel à manifestation d’intérêt pour ce chantier n’a pas eu de suite. Pour leur part, les projets financés par le Fonds Wessal, non loin de la marina, semblent à leur tour faire du surplace (chantier naval, nouveau port de pêche, tour ANP…). Le terminal de croisière, qui doit recevoir 450.000 croisiéristes par an, n’est pas encore livré (les travaux ont démarré en 2014).

En attendant, les navires de croisières continuent d’accoster au milieu des conteneurs du port. Pour rappel, les financements du  Fonds Wessal Capital viennent compléter ceux prévus par le plan de développement 2020 (près de 34 milliards de DH). Objectif: renforcer l’attractivité de la métropole pour la repositionner sur l’échiquier international.

Quelques repères

  • Montant de l’investissement:

8 milliards de DH

  • Assiette foncière: 26 hectares
  • Période de réalisation: 2006-2018
  • Composantes déjà livrées ou en phase finale:

- Tours résidentielles et centre
d’affaires
- Centre commercial Marjane
(ouverture prévue cette année)
- Composantes commerciales
outdoor (allée centrale et rue
piétonne)

  • Composantes qui devaient être livrées en 2017-2018:

- Aquarium
- Port de plaisance
- 3 unités hôtelières
   dont le Marriott de 42 étages
- Palais des congrès

  • Un projet porté par la CDG via ses filiales Al Manar Développement et New Marina.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc