Tribune

Stocks stratégiques des produits pétroliers: Le Maroc à la recherche d’une solution

Par Omar ELFETOUAKI | Edition N°:5246 Le 06/04/2018 | Partager

Lauréat de l’ISCAE, Omar Elfetouaki est un ancien responsable au sein du ministère de l’Energie et des Mines. Il est actuellement consultant dans le domaine de l’énergie

Une année après la publication  du rapport de la Cour des comptes  (10 janvier 2017) sur la situation préoccupante des stocks  des produits pétroliers, le  ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l'Environnement, en guise de réponse implicite, a pris des dispositions importantes que son département compte mettre en œuvre pour tenter de résoudre le problème du stockage du secteur pétrolier.

En effet,  dans son intervention à la Chambre des représentants, lundi 18  décembre 2017, le ministre a invité les sociétés de distribution des produits  pétroliers  à investir davantage dans le développement des infrastructures pétrolières notamment dans les  installations de  stockage pour réduire le déficit  structurel  que connaît le secteur dans ce domaine.

Le ministre  a ainsi incité ces sociétés à augmenter leur capacité de stockage  de 60% d’ici à fin 2021. Il a également assuré que d’importantes mesures d’accompagnement seront mises en œuvre afin de permettre l’assouplissement des procédures encourageant l'investissement en matière des hydrocarbures et toutes autres actions ayant trait à leur stockage.  Il a aussi annoncé que le volume des investissements des sociétés se monte à 2,2 milliards de DH durant la période  2017-2021. Passé ce délai, des sanctions seront prises contre les sociétés qui n’auraient pas respecté ces échéances.

Rien ne saurait justifier tout retard dans l'adoption de ce programme, d’autant plus que la situation n’est plus la même: la libéralisation des prix de vente au public et surtout après la suppression de la péréquation, on espérait que les sociétés de distribution amélioreraient  leur capacité de stockage et le niveau  des stocks stratégiques.

A tout prendre, c’est une bonne initiative. Si le ministre arrive à convaincre les sociétés de distribution à avoir leur quote-part de stocks réglementaires, il aura gagné là où ses prédécesseurs ont échoué. Il aura même décroché la timbale.

Il faut dire que le problème de stockage ne date pas d’hier. Depuis la création  du département de l’Energie, les ministres qui se sont succédé à sa tête n’ont jamais pu régler, comme elle se doit, la problématique du stockage des produits  pétroliers. Plus le temps passait, plus l’obligation devenait de plus  en plus grande et les sociétés  de distribution se trouvaient dans l’impossibilité  de financer l’investissement  pour la construction  des capacités  de stockage,  ou de pouvoir acquérir le produit.
Néanmoins, d’autres mesures devraient faire partie de celles annoncées  par le ministre.

Comme souligné à maintes reprises et dans l’état actuel du secteur, il est presque  impossible qu’une société puisse disposer de ses propres dépôts pouvant contenir ses obligations de stockage. Les stocks stratégiques, à l’instar des pays qui les détiennent, doivent être concentrés dans un  nombre limité de sites, afin d’en diminuer le coût, réduire les frais d’entretien, en faciliter le contrôle et améliorer le système de suivi qui permettrait d’informer de manière continue sur l’état des stocks. Seul un dépôt communautaire  pourrait résoudre convenablement ce problème.

usines-045.jpg

Les stocks stratégiques, à l’instar des pays qui les détiennent, doivent être concentrés dans un  nombre limité de sites, afin d’en diminuer le coût, réduire les frais d’entretien, en faciliter le contrôle et améliorer le système de suivi qui permettrait d’informer de manière continue sur l’état des stocks. Seul un dépôt communautaire  pourrait résoudre convenablement ce problème (Ph. AFP)

Par ailleurs, il aurait été judicieux de définir la responsabilité des distributeurs et celle  de l’État en cas de crise qui peut déboucher, qu’à Dieu  ne plaise, sur une pénurie qui serait  difficilement gérable. Cette responsabilité  n’est pas claire dans les textes actuels qui régissent le secteur de la distribution. Auparavant, la responsabilité  du secteur se confondait  avec celle de l’État  gestionnaire.

Actuellement, après la libéralisation du secteur, cette  responsabilité  se trouve diluée entre les distributeurs  et l’État.  Il est à noter que dans les conditions normales du marché,  la politique pétrolière se caractérise par une diversification de notre approvisionnement en  produits pétroliers, laissée aux choix des distributeurs importateurs.

Les sociétés  de distribution ne sont pas responsables d’une pénurie qui toucherait le pays en entier au cas où un événement  venait à perturber le marché international: guerre, climat, décision politique, etc. Il est évident que seuls les stocks stratégiques peuvent nous  prémunir des aléas de la conjoncture internationale.

Même si aucun événement malencontreux ne s’est pas produit, ces stocks stratégiques, une fois constitués, malgré leur caractère quantifiable, peuvent être considérés comme un patrimoine immatériel national. L’État doit, par conséquent, jouer un rôle de régulateur destiné à faire aboutir sa politique de sécurité d’approvisionnement.

Patrimoi ne géologiquenational

De l’avis de nombreux experts,  le stockage souterrain reste, de loin, très compétitif  par rapport au stockage de surface. Il est également considéré comme un moyen sûr en matière de sécurité publique et de respect de l’environnement. Au moment où les décideurs du secteur pétrolier s’apprêtent à investir dans les installations de stockage, il est légitimement à propos de rappeler que le Maroc dispose de galeries souterraines appartenant à la société des mines de sel de Mohammedia qui peuvent subir une simple reconversion, en champs de stockage dont la capacité  pourrait loger la totalité des obligations des stocks stratégiques du pays. Il s’agit là de la mise en valeur de notre patrimoine géologique national, source de richesse économique et stratégique du pays.

                                                              

Et la marge spéciale?

Dans son intervention à la Chambre des représentants, le ministre a passé sous silence la marge spéciale pour le financement des stocks, collectée  par les distributeurs et qui s’élève à 3,5 milliards de DH environ. Cette somme devrait servir à la reconstitution d’une partie des stocks stratégiques appartenant à l’État.

Parler du problème des stocks sans évoquer le sort réservé à la marge spéciale collectée dénote d’une méconnaissance de la problématique du stockage au Maroc. Il serait injuste d’oublier que la somme collectée instituée en 1980 et annulée le 1er janvier 2015  est une partie de la solution sinon l’unique solution  dont dispose le pays pour régler, partiellement, le problème des stocks.

Mais lorsque l’on sait qu’une journée de consommation des carburants, tous produits confondus, est estimée entre 220  et 230 millions  de DH, la somme collectée reste insuffisante.  La rubrique «marge spéciale pour financement des stocks» doit être introduite à nouveau dans la structure  actuelle des prix de vente au public et qui sera collectée  par les distributeurs  et versée à l’organisme qui serait chargé de  gérer les stocks stratégiques (voir Tribune du 11 octobre  2017).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc