Economie

Agriculture: Bilan mitigé pour l’agrégation

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5246 Le 06/04/2018 | Partager
Depuis le lancement de cet outil, à peine 60 agrégations et 49.000 agrégés
Lourdes procédures d’approbation, des normes d'éligibilité très dures, les freins

60 agrégations et 49.000 agrégés bénéficiaires pour 1,6 milliard de DH de subventions. C’est le bilan de cet outil mis en place dès 2010 par le plan Maroc Vert. Un bilan mitigé car il est possible de fédérer davantage de bénéficiaires d’autant plus que le potentiel dans plusieurs filières est important. Et c’est pour booster ce système que l’ADA (Agence de développement agricole) a organisé un séminaire national sur l’agrégation agricole autour du thème.

Au séminaire ont participé 300 intervenants du secteur agricole: Chambres d’agriculture, fédérations professionnelles et interprofessions, agrégateurs actuels et potentiels, institutions financières et d’assurances, départements ministériels concernés ainsi que des organismes internationaux et bailleurs de fonds.

Objectif: faire le bilan de la situation actuelle, sensibiliser les acteurs et présenter un dispositif pratique et des mesures opérationnelles pour enclencher l’accélération et la dynamisation de projets d’agrégation réussis. Pour Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, l’état des lieux actuel ne reflète pas la réalité puisque l’agrégation se pratiquait bien avant le plan Vert (Twiza.) «200.000 autres agriculteurs travaillent avec ce système sans être agrégés et sans bénéficier des subventions de l'Etat. C'est cette frange qui est visée par les stratégies du ministère», ajoute le ministre. Ce modèle novateur d'organisation des agriculteurs permet de soutenir les grands mais aussi les petits agriculteurs possédant 1 à 2 hectares.

Techniquement, l’agrégation permet aux agrégés de tirer profit des techniques modernes de production, de financement et d’accès aux marchés intérieurs et extérieurs. Pour leur part, les agrégateurs assurent l’approvisionnement de leurs unités agro-industrielles par des produits de qualité, avec une traçabilité assurée. Tout ceci dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant pour les deux parties.

Le ministre est revenu sur l’importance de ce système que le Maroc souhaite développer davantage à l’instar de ce qui se fait dans les plus grands pays agricoles comme le Japon, l’Allemagne, la France où 70% des systèmes de production sont sous forme de coopérative.

«C’est à ce moment-là que nous pourrions envisager des plans encore plus ambitieux pour avancer notre agriculture, développer son exportation, travailler la valeur ajoutée…». Alors que le plan Vert fête son 10e anniversaire, le ministère de tutelle se dit prêt à écouter les acteurs et les organisations interprofessionnelles et revoir les points faibles.

Les critères et les normes d’éligibilité pour certaines filières sont revenus très souvent comme point faible. Les procédures d’approbation des projets d’agrégation et d’octroi des subventions sont aussi considérées comme des freins à lever pour une dynamisation des agrégations.

2.0 dans la filière du lait

En amont de ce séminaire, l’ADA avait déjà lancé des concertations élargies avec l’ensemble des acteurs du secteur et ce, pour recueillir leur avis sur la redynamisation des agrégations. Il en ressort plusieurs recommandations sur lesquelles sont revenus les participants au séminaire de l’ADA. La première concerne l’amélioration du système d’octroi d’agrégation et de revoir certaines conditions où le ministère impose un minimum de 48 agrégés. «Ce qui reste très difficile dans le cas des producteurs d’agrumes», indique Moulay M’Hamed Loultiti, président de Maroc Citrus. La filière des agrumes dispose de 14 expériences réussies dans l’agrégation, et le potentiel existe pour d’autres. Dans la filière laitière aussi, il y a de grandes expériences réussies un peu partout au Maroc, la Copag, Colénord, Centrale Danone, qui travaillent sur l’agrégation 2.0.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc