Finances-Banques

Bourse: «Ambition 2021» pour gagner en maturité

Par Jihad RIZK | Edition N°:5242 Le 02/04/2018 | Partager
Les détails du plan stratégique présentés aux professionnels
Réussir le pari de la liquidité et du rayonnement international
Pivot du plan, le titanesque chantier réglementaire
karim_hajji_042.jpg

Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca, s’adressant aux professionnels du marché vendredi dernier: «La construction de la feuille de route de la Bourse s’est en effet voulue fédératrice. Elle ouvre le chemin d’une dynamique positive qui réunit tous les acteurs de l’écosystème boursier» (Ph. Jarfi)

Tous les acteurs de l’écosystème de la Bourse se sont retrouvés dans la matinée du vendredi 30 mars dans un palace casablancais. Le management de la Bourse leur présentait les détails et les objectifs du nouveau plan de développement du marché, «Ambition 2021» (voir aussi L’Economiste du lundi 26 mars 2018).

Ce plan est le fruit d’un long processus de concertation et d’échange entre les régulateurs, les autorités de tutelle et les professionnels du marché, relève Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca. Manière de rappeler à chaque partie l’obligation de résultat qui lui incombe et la nécessité de synchroniser les différentes mesures qui redonneront à la Bourse son rôle central de financement de l’économie.

Le plan stratégique 2021 poursuit un triple objectif: construire une infrastructure performante avec le passage de la Bourse de Casablanca en groupe boursier, la création d’une Chambre de compensation et d’une Société gestionnaire du marché à terme, utilisant une plateforme technologique multiproduit et dotée d’un cadre solide de gestion intégrée des risques.

Deux, stimuler  l’offre de papier sur le marché «actions» et «obligations»,  renforcer l’attractivité de la Bourse auprès des investisseurs locaux et internationaux et accélérer le développement de la liquidité du marché. Le troisième axe de ce plan est d’accroître le rayonnement de la Bourse. 

Cela passe par  la cotation des titres étrangers, l’amélioration de la connectivité avec les marchés financiers internationaux, la création d’un fonds 100% Afrique et le déploiement du programme Elite en Afrique de l’Ouest et centrale.  Casablanca ne peut prétendre au statut de hub financier sur le continent que si sa Bourse arrive à attirer de nouvelles sociétés et améliore substantiellement sa liquidité. Sur ce plan, le chantier est titanesque, concèdent les professionnels.

Le plan «Ambition 2021» sera piloté via un programme de transformation basé sur une gouvernance claire et efficiente. La construction de la feuille de route de la Bourse de Casablanca s’est en effet voulue fédératrice. Elle ouvre le chemin d’une dynamique positive qui réunit tous les acteurs de l’écosystème boursier, amplifiée par l’activation du Comité des marchés des capitaux en vue d’accélérer l’évolution du marché local vers une efficience collective à même de faire rayonner la Bourse sur son continent et au-delà».

                                                                        

Ecosystème boursier: Qui fera quoi

Dans le premier compartiment dévolu aux autorités de tutelle, superviseurs et régulateurs, figure l’évolution du cadre réglementaire (lois et textes). Pour cela, il va falloir accélérer plusieurs chantiers: opérationnalisation de la loi sur la Bourse et le nouveau règlement général, adoption de la loi relative au prêt-emprunt de titres, modification de la loi sur les OPCVM et adaptation des textes pour faciliter l’investissement aux étrangers.

Le deuxième étage comprend «l’impulsion dans la transformation de la Bourse en holding pérenne»:
- Calibrage des contributions parafiscales aux capacités de l’infrastructure pour assurer sa pérennité.
- Agrément de la Chambre de compensation et de la Société gestionnaire du marché à terme.
- Instructions pour la compensation de l’activité «cash» actions, repos et autres produits.  
- Concernant l’infrastructure (dont l’évolution du système d’information entre autres), le comité mixte Bourse de Casablanca-Maroclear veillera au déploiement d’un schéma intégré. Mais il n’est pas dit comment seront financés ces programmes.
Pour les investisseurs/émetteurs:
- Priorisation des produits par les investisseurs institutionnels (dérivés sur taux, swaps de taux, dérivés sur indices).
- Prêt-emprunt des titres: définition des conditions requises par les gestionnaires d’actifs et les investisseurs pour assurer le succès de ce produit.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc