Entreprises

Résultats annuels: Le triomphe prudent de Sonasid

Par Franck FAGNON | Edition N°:5242 Le 02/04/2018 | Partager
La forte hausse masque un contexte toujours difficile
L'augmentation des prix porte l'essentiel de la croissance du chiffre d'affaires
La profession milite pour une reconduction des mesures de sauvegarde
sonasid_042.jpg

Dans un marché où les ventes ont stagné, Sonasid a amélioré ses marges grâce à des cours favorables à l'international

Le retour des bénéfices en 2017 (44 millions de DH) n'a pas totalement rassuré les dirigeants de Sonasid. Malgré la hausse de 19% du chiffre d'affaires à 3,7 milliards de DH et un résultat brut d'exploitation qui a été multiplié par 2,2 à 273 millions de DH, le management reste mesuré car la conjoncture demeure difficile.

L'un des points positifs -qui a quand même un impact significatif sur le chiffre d'affaires- est l'orientation favorable des prix internationaux des matières premières depuis un an et demi. Cela a justifié une hausse des prix des produits finis. Les volumes, eux, sont restés stables d'une année à l'autre.

La baisse de régime du BTP et les difficultés du secteur immobilier continuent de peser sur les ventes de l'industrie. Principal baromètre de la santé du BTP, les ventes du ciment tournent autour de 14 millions de tonnes depuis quatre ans. L'année dernière, la consommation a reculé de 3% à 13,8 millions de tonnes.

La surcapacité du marché constitue aussi un casse-tête. Les industriels militent pour la reconduction des mesures de sauvegarde qui arrivent à échéance cette année. «Nous avons des discussions très fructueuses avec les autorités», révèle Amin Abrak, directeur général de Sonasid. L'instauration de droits de douane sur les importations de rond à béton et de fil machine au-delà d'un certain quota est censée préserver les industriels locaux de la «concurrence déloyale».

consomation_ciment_042.jpg

La baisse de régime des secteurs BTP et immobilier continue de peser sur les ventes des sidérurgistes. Les ventes du ciment, qui sont le principal baromètre de la santé du secteur de la construction, tournent autour de 14 millions de tonnes depuis quatre ans

En contrepartie, ils doivent mener des actions pour améliorer leur compétitivité. De toute façon, ils ne pourront pas vivre éternellement sous le parapluie des mesures de sauvegarde. «Nous demandons une protection parce que nous subissons une injustice et une concurrence déloyale et non pas parce que nous ne sommes pas compétitifs», précise Abdelilah Fadili, directeur général adjoint de Sonasid.

«Nos exportations vers les Etats-Unis, un marché réputé difficile, sont un bel exemple de l'amélioration de notre compétitivité», appuie Abrak. La décision de l'administration Trump d'appliquer un droit de douane de 25% aux importations d'acier pourrait annihiler les expéditions de Sonasid vers ce marché.

Ceci dit, les ventes du sidérurgiste aux Etats-Unis sont marginales. La mesure américaine cible surtout les importations chinoises. Des aménagements ne sont pas exclus, mais ce sera au cas par cas, ont prévenu les autorités américaines. La Turquie ou encore l'Afrique du Sud, par exemple, ont entamé des discussions avec Washington en vue d'une révision des règles. «Nous avons un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. C'est quelque chose qu'il faut mettre en valeur», commente le directeur général de Sonasid.

En dehors des Etats-Unis, Sonasid exporte vers le Sénégal et la Mauritanie. La société prospecte d'autres marchés subsahariens. Le management surveille de près les négociations autour de l'adhésion du Maroc à la Cedeao. Sa concrétisation ouvrirait de nouvelles opportunités.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc