Competences & rh

Un premier Dassault systèmes Learning Lab au Maroc

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5233 Le 20/03/2018 | Partager
Un centre de formation avec une pédagogie innovante pour préparer à l'industrie 4.0
Et également de certification des outils Dassault systèmes
Le Learning Lab à l’ESSTI de Rabat
remise_du_label_dassault_bon.jpg
Ammoun Olivier, directeur Dassault systèmes Learning Lab remet le label de son centre à Bojji Chakib, président de l’ESSTI (à gauche) (Ph. AO)

Avec le développement du numérique, on assiste à un changement rapide dans les méthodes de conception et de production dans différents secteurs particulièrement l’industrie. Il s’agit du début d’une nouvelle révolution industrielle (Industrie 4.0) qui se met en place avec de nouveaux métiers en perspective. Ces mutations vont nécessiter une adaptation des méthodes de formation et d’apprentissage. Conscient de cet enjeu, l’Ecole supérieure des sciences et technologies de l’ingénierie (ESSTI) de Rabat vient de se doter d’une plateforme dotée d’une pédagogie innovante. «Il s’agit de Dassault systèmes Learning Lab, le premier de son genre au Maroc», précise Bojji Chakib, président de l’ESSTI. Et d’ajouter, il s’agit également du premier centre de certification académique en Afrique sur les outils Dassault systèmes. Les premières formations sur la nouvelle plateforme sont déjà entamées.

Profitant de la cérémonie d’inauguration de ce centre, les deux partenaires ont organisé un colloque sur les enjeux de l’Industrie 4.0. C’était une occasion de présenter la solution de Dassault. Cette plateforme, la «3DEXPERIENCE», a été conçue pour permettre à nos clients industriels d’optimiser leurs pratiques en réunissant tous les acteurs qui font le succès d’un nouveau produit ou service, indique Ammoun Olivier, directeur Dassault systèmes Learning Lab. Parmi les points forts de cette plateforme, il y a la possibilité offerte aux étudiants de différents établissements et pays de travailler sur le même projet, ajoute le président de l’ESSTI. A ce titre, il rappelle l’exemple du secteur de l’aéronautique où actuellement le développement d’un avion se fait dans plusieurs bureaux situés dans différents pays.

Ce travail collaboratif permet donc de renforcer l’auto-apprentissage des étudiants, ce qui représente un atout pour relever les défis de l’Industrie 4.0. On estime que près de 50% des savoirs d’un jeune au 21e siècle seront acquis par les concernés, indique Jean-Michel Schmitt, inspecteur général à l'Education nationale en France. Ce dernier met en valeur l’approche pédagogique par projet adoptée par cette plateforme. «Il s’agit d’une méthode qui gagne toutes les formations d’ingénieurs et de techniciens dans le monde car elle les prépare au mieux aux défis de la nouvelle révolution industrielle», explique Olivier. Pour ce faire, la solution de Dassault offre une palette d’outils de modélisation et de simulation par de nombreuses fonctions qui facilitent les aspects créatifs, sociaux et collaboratifs d’un projet. A cela s’ajoutent des centaines d’applications concernant une douzaine de domaines du transport et mobilité aux ressources naturelles en passant par l’aéronautique et l’énergie.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc