Analyse

Immobilier: Les segments qui anticipent la reprise

Par Amin RBOUB | Edition N°:5233 Le 20/03/2018 | Partager
Le moyen standing recèle de multiples opportunités d'ici 2020
L'incidence foncière, principal argument des promoteurs

Somed, Onapar, CMKD, Alliances, Yamed, CGI... Le printemps s'annonce chaud chez les promoteurs immobiliers. En attendant un dispositif incitatif pour la classe moyenne, de grands groupes anticipent et parient sur le segment moyen standing. Le constat aujourd'hui, c'est que les programmes se multiplient dans les zones excentrées de Casablanca (Bouskoura, Zenata, Dar Bouazza...). De nouveaux pôles urbains où l'incidence foncière est inférieure à Casablanca intra-muros. D'autres lorgnent des zones plus concentrées, à proximité du centre-ville. C'est le cas notamment dans des quartiers comme Belvédère, Roches Noires, la Gironde... Ici, les promoteurs ciblent surtout les anciens dépôts datant du Protectorat, des usines en friche, des unités industrielles à l'abandon. Selon une étude récente de CBRE, les prix des appartements moyen standing varient entre 9.900 et 14.000 DH le mètre carré. En moyenne, la fourchette des ventes oscille autour de 12.000 DH/m2. La typologie des logements de ce segment est majoritairement composée de 2 chambres plus salon avec des spécifications précises en termes de qualité de finition (équipements, ascenseur, garage, cuisine équipée...) L'attractivité des promoteurs pour cette zone en particulier s'explique par la «centralité». Selon des consultants, l'argument d'une adresse centrale se justifie par «une zone qui profite désormais d'une localisation avantageuse, avec la proximité de la gare TGV, du centre-ville et de plusieurs centres d'intérêt, notamment la gare ferroviaire, le tramway, le port, le mall, la zone bureaux de Bd Mohammed V en plus d'une bonne desserte routière». Les prix d'acquisition y sont également attractifs. Pour les acquéreurs, les budgets varient entre 600.000 et 1,8 million de DH.

«Les projets de la zone Centre s'écoulent à un rythme de commercialisation compris entre 3 et 8 unités par mois et par projet, soit un taux d'écoulement de 8%», analyse un cabinet spécialisé. Sur l'argument prix, deux zones se distinguent. Il s'agit du Centre-Est (centre, Belvédère, 2 Mars, Gironde...) avec un environnement plus qualitatif et un positionnement plutôt moyen standing. Généralement, sur ce créneau le prix se situe entre 11.000 et 16.000 DH/m2. La zone Roches Noires présente une offre en cours de structuration avec un prix moyen de 12.000 DH/m2. Seul bémol, cette partie n'est pas très sollicitée par les acquéreurs, en raison de plusieurs facteurs: proximité du quartier industriel, nuisances olfactives, pollution...). Mais il y a aussi la zone Sud-Ouest qui est en train de prendre (El Fida, Derb Soltane, Hay Mohammadi...). Sur cette partie-là, les prix sont plus attractifs. Ils varient entre 10.000 et 12.000 DH/m2. 

Casa extra-muros

L'argument de l'incidence foncière profite plus à une offre en dehors de la centralité. De plus, les Casablancais migrent plus vers des zones excentrées, car ils sont en quête de qualité de vie, loin des nuisances du centre-ville, mais aussi d'un bon rapport qualité/prix. Sur ce type de produit, une nouvelle offre se développe notamment à Bouskoura (Victoria City). Il s'agit là d'un nouveau pôle urbain destiné à la classe moyenne. Un site qui s'étend sur 250 ha. S'y ajoute une nouvelle offre qui se développe à Zenata avec un potentiel de 53.500 unités à terme. L'ensemble de la zone de Zenata s'étend sur 1.830 ha.  Sur cette partie en cours de développement, le prix projeté tournerait autour de 8.500 DH et va jusqu'à 11.000 DH le métre carré. Les budgets d'acquisition démarrent à partir de 600.000 DH. Ils peuvent monter jusqu'à 1,3 million de DH. 

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc