Société

Mondial 2026: Les éléments clefs du dossier

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5232 Le 19/03/2018 | Partager
La facture: 145,14 milliards de DH dont 22 milliards à financer
Près de 25% des ressources à lever déjà budgétisées
mondial_2026_maroc.jpg

«Le budget qui sera consacré à l’organisation de la Coupe du monde 2026  ne demandera aucun effort financier supplémentaire de l’Etat, puisque la réalisation des chantiers non programmés ne représentera que 4% des crédits d’investissement public annuels d’ici à 2026, soit quelque 2,5 milliards de DH»

«Nous n’avons pas transformé la stratégie du pays pour coller aux besoins de la Coupe du monde. Mais plutôt fait en sorte que ce que nous avons comme stratégie intègre les critères nécessaires à l’évènement», fait valoir Moulay Hafid Elalamy, président du Comité de candidature Maroc 2026, à la présentation des éléments du dossier.
L’infrastructure globale de la Coupe du monde coûtera 15,8 milliards de dollars (environ 145,14 milliards de DH) d’ici 2026, dont 3,2 milliards de dollars (environ 29,4 milliards de DH) réalisés par le privé, dans le cadre des chambres d’hôtel et d’autres engagements. Le public investira 12,6 milliards de dollars (environ 115,7 milliards de DH), repartis entres les infrastructures sportives 
(3 milliards de dollars, environ 27,5 milliards de DH) et les autres infrastructures publiques (9,6 milliards de DH, environ 88,2 milliards de DH). «Sur les 3 milliards de dollars à investir dans les infrastructures sportives, figurent 0,6 milliard de dollars de projets en cours (5,5 milliards de DH), qui ont déjà été budgétisés. Au total, il manque 2,4 milliards de dollars à financer (environ 22 milliards de DH) par rapport à ce qui est budgétisé», explique Elalamy.
Les 2,4 milliards de dollars à financer seront ventilés comme suit: 0,4 milliard pour les stades à rénover ou à agrandir, 0,8 milliard pour la construction ou la rénovation de terrains d’entraînement et 1,2 milliard de dollars affecté à la construction des terrains de Meknès, El Jadida, Nador, Ouarzazate, Marrakech et Casablanca. «Nous avons accéléré la programmation de ces infrastructures pour les besoins de la compétition», annonce le président du Comité de candidature.
 
■ Les paramètres de sélection des villes
En tout, 12 stades sur les 14 présentés seront sélectionnés. Ils auront, pour la plupart, des capacités autour de 46.000 places. 5 stades seront à rénover ou à agrandir, pour une mise aux normes FIFA: Marrakech (environ 70.000 places), Agadir, Fès, Tanger (environ 65.000 places) et Rabat. Cinq autres stades modulables seront construits: Meknès, El Jadida, Nador, Ouarzazate et Marrakech 2. La liste sera complétée par 4 stades non modulables (dont les capacités ne seront pas réduites après la compétition): Casablanca 1 (environ 93.000 places) et 2, Oujda, Tétouan (en cours de réalisation). Pour les stades modulables, la dimension des gradins pourra être réduite après la compétition, pour que l’héritage soit cohérent avec la ville qui l’accueille. Les gradins récupérés seront redéployés sur des terrains qui en sont dépourvus.
Selon les critères de la FIFA, les villes sélectionnées doivent avoir une capacité hôtelière variant de 5.500 à 14.000 chambres à l’horizon 2026. Les critiques des compétitions passées ont amené la FIFA à être plus regardante sur l’héritage post-Coupe du monde en renforçant les critères. Une démonstration de ce qu’il en sera fait après la compétition doit être faite. La démographie, les infrastructures de transport et la présence d’un club de haut niveau dans la ville sont prises en compte.
 
■ Atouts de la candidature
Les supporters de 70 pays ont accès au Maroc sans visa. Le pays est directement connecté à 52 pays et 110 villes dans le monde notamment via son hub international de Casablanca. Au-delà de la rentabilité, la position du Maroc permettra aux fans de suivre les matchs aux heures optimales sans dégrader les conditions de jeu.
 
■ Le Bid Book: Dossier de candidature
Des changements importants opérés au sein de la FIFA ont entraîné un changement des procédures de candidature. La structure du dossier technique a aussi été modifiée.
Physiquement, le Bid Book comprend plus de 40.000 pages, 24 tomes, avec des sections assez techniques, où chaque stade est évalué sur 172 critères plus ou moins complexes (exemple: la position du soleil par rapport aux deux gardiens de but). Le dossier engage le Maroc sur 200 contrats exigés par la FIFA, au niveau national et local. 4 critères d’évaluation du dossier sont éliminatoires: les stades (35% de la note), le transport (13%), les sites d’entraînement (6%) et l’hébergement (6%). Ces critères représentent 60% de la note totale. Pour chacun de ses critères, la candidature peut être éliminée si la moyenne de 2/5 n’est pas atteinte. D’autres critères font l’objet de notation, mais ne sont pas éliminatoires.
Les étapes franchies pour l’heure sont: la réalisation du Bid Book et son dépôt à la FIFA. Intervient ensuite un travail de sélection qui est fait, puis le vote. «Juste après le dépôt du Bid Book, nous poursuivons le travail qui a été fait pour la préparation du vote», précise Moulay Hafid Elalamy, président du Comité de candidature Maroc 2026.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc