Economie

Les entreprises se détournent des dépôts bancaires classiques

Par Franck FAGNON | Edition N°:5227 Le 12/03/2018 | Partager
L’encours des DAT et bons de caisse a baissé de 12% en quatre ans
A l’inverse, les OPCVM monétaires ont capté 10 milliards de DH supplémentaires sur la période
opcvm_027.jpg

Les entreprises se détournent des produits bancaires classiques vers les OPCVM monétaires. Les arbitrages des entreprises se justifient en partie par des considérations de rendement et de liquidité. Des caractéristiques que réunissent les fonds monétaires

Toutes les enquêtes de conjoncture, surtout ces trois dernières années, pointent régulièrement du doigt les tensions sur la trésorerie des entreprises. Le ralentissement de la croissance et la dégradation des délais de paiement n’arrangent pas la situation. Mais toutes les entreprises ne sont pas constamment dans le rouge. Les dépôts de cette clientèle constitue une ressource importante pour les banques.

Les entreprises avaient plus de 102 milliards de DH sur leur compte à vue à fin 2017. Ce montant a augmenté de 18,5 milliards de DH sur les quatre dernières années. Ce qui change ces dernières années c’est l’orientation de l’épargne des entreprises. Ces dernières se détournent de plus en plus des produits bancaires classiques.

L’encours des placements dans les comptes à terme et bons de caisse est sur une tendance baissière. Il a reculé de 12% entre 2013 et 2017 pour s’établir à 22,5 milliards de DH. Le ralentissement du crédit et l’abondance de liquidité dans le système bancaire ont conduit les banques a être plus sélectives sur les dépôts rémunérés.

La baisse du rendement de ces produits les rend donc moins attractifs. En deux ans, le rendement moyen du dépôt à terme à six mois a baissé de plus d’un demi point. Il s’est établi à 1,95% net en moyenne en 2017. Les OPCVM monétaires offrent des rendements similaires après prise en compte de l’impôt avec la liquidité en plus. Les montants investis dans les fonds monétaires ont augmenté de 10 milliards de DH sur les quatre dernières années à 35,4 milliards de DH.

Les entreprises sont également actives sur les fonds obligataires dont l’encours est passé de 23 milliards de DH en 2013 à 31 milliards de DH à fin 2016. Globalement, l’investissement des entreprises en OPCVM totalisait 67 milliards de DH à fin 2016, en hausse de 34% en trois ans.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc