International

Finance durable: La feuille de route de Bruxelles

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5226 Le 09/03/2018 | Partager
De gros budgets essentiels pour une économie plus verte
L'Accord de Paris ouvre d'énormes possibilités d'investissement
Des défis pour le Maroc aussi
finace_durable_026.jpg

Environ 180 milliards d'euros d'investissements supplémentaires par an seront nécessaires pour que l'UE puisse atteindre les objectifs pour 2030, fixés lors du sommet de Paris, comprenant une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de la ratification de l’Accord de Paris, le Maroc s’est engagé sur une réduction de ses émissions de 42% à l’horizon 2030.

Sur la base des recommandations formulées par le groupe d'experts à haut niveau sur la finance durable, la Commission européenne a présenté le jeudi 8 mars une feuille de route. Elle est destinée à dynamiser le rôle de la finance dans les objectifs environnementaux et sociaux. La Commission organisera une conférence le 22 mars prochain afin de débattre du plan d'action dont voici les principaux éléments:

■ Un système de classification unifié: Etablir un langage commun pour la finance durable, autrement dit un système de classification unifié (taxinomie) de l'UE. Le but est de définir ce qui est durable et d'identifier les domaines dans lesquels les investissements peuvent avoir la plus forte incidence.

■ Des labels: Créer des labels de l'UE pour les produits financiers verts, sur la base de ce système de classification. Les investisseurs pourront ainsi déterminer facilement les investissements qui respectent des critères de faibles émissions de carbone ou d'autres critères environnementaux;

■ Publication d’informations: Clarifier l'obligation, pour les gestionnaires d'actifs et les investisseurs institutionnels, de tenir compte des aspects de durabilité dans le processus d'investissement. Comme il est question de renforcer leurs obligations en matière de publication d'informations. L’autre idée consiste à imposer aux entreprises d'assurance et celles d'investissement d'informer leurs clients sur la base de leurs préférences en matière de durabilité;

■ Intégrer la durabilité dans les exigences prudentielles: Les banques et les entreprises d'assurance sont une source de financement externe importante pour l'économie européenne. La Commission examinera s'il est envisageable de recalibrer les exigences de fonds propres applicables aux banques (le facteur de soutien vert) pour les investissements durables, lorsque cela se justifie du point de vue du risque. Tout en veillant à préserver la stabilité financière;

■ Renforcer la transparence: Bruxelles propose de réviser les lignes directrices relatives à la publication d'informations non financières. Ceci afin de les aligner davantage sur les recommandations formulées par le groupe de travail du Conseil de stabilité financière sur la publication d'informations financières relatives au climat. A noter que le plan d’action sur la finance durable s'inscrit dans le cadre des efforts déployés au titre de l'Union des marchés des capitaux (UMC) pour que la finance réponde aux besoins spécifiques de l'économie européenne. Il s'agit aussi de l'une des principales mesures visant à mettre en œuvre l’Accord de Paris et le programme de développement durable de l'UE.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc