Entreprises

Taqa Morocco: Un résultat net en légère hausse

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5226 Le 09/03/2018 | Partager
1,01 milliard de DH au terme de l’exercice 2017, en hausse de 3,6%
Le projet de parc éolien dans le Nord bientôt en service
taqa_morocco_026.jpg

Malgré un chiffre d’affaires stable de 8,08 milliards de DH contre 8,04 milliards un an auparavant, Taqa Morocco a achevé l’exercice 2017 avec un résultat net part du groupe de 1,01 milliard de DH (+3,6%).

Les résultats du premier producteur d’électricité privé du Royaume, présentés jeudi 8 mars, s’expliquent par la bonne performance des 6 unités de production, dont 4 ont présenté des taux de disponibilité de 93,2%. Les autres étant soit en révision, soit à l’arrêt pour inspection. L’électricien fait partie du top 25 mondial en termes de performance technique, assure son management.

Au cours de 2017, le résultat d’exploitation (2,57 milliards de DH) est resté stable en raison des efforts d’optimisation des charges d’exploitation et de l’évolution des cours internationaux du charbon. Deux facteurs dont l’effet aura été neutralisé grâce au recul du dollar par rapport au dirham.

Le groupe a également capitalisé sur l’amélioration de son résultat financier via le recul des charges d’intérêt sur emprunts. L’entreprise distribuera un dividende de 40 DH par action, en hausse de 8%, soit un rendement action de 4%.

Au cours de l’exercice 2016, Taqa Morocco a fait l’objet d’un contrôle fiscal qui a concerné aussi bien l’IS, l’IR que la TVA. «Le contrôle fiscal s’est dénoué par la signature d’un protocole d’accord le 26 décembre 2017, sans que le redressement fiscal ait un impact sur le résultat du groupe», affirme Abdelmajid Iraqui Houssaini, président du directoire, qui s’est toutefois refusé à révéler le montant de la facture.

Avec une capacité injectée dans le réseau électrique de 15.407 GWh en 2017, la société assure 50% de la production nationale et répond à environ 42% de la demande, qui a crû en 2017 d’environ 4,5%.  Ce qui correspond à une consommation annuelle de 18 millions de personnes. Mais l’entrée en service de la centrale électrique à Safi de l’ONEE va diluer sa part de marché. En revanche, le projet de parc éolien développé dans le Nord lui permettra d’améliorer un tant soit peu sa rentabilité.

Taqa Morocco est une entreprise cotée depuis décembre 2013. Son cours est en hausse depuis 44 mois. L’action, qui a rejoint le MSCI Frontier Markets en août 2016, se négociait à 1.000 DH lors de la séance du jeudi 8 mars. Le rendement global du titre (dividende+hausse du cours) a atteint 32%, l’un les plus élevés sur le marché.

C’est en 1996 que le secteur de l’énergie électrique a été ouvert au privé via un appel d’offres international, remporté par le consortium ABB Energy Ventures et CMS Generation pour l’exploitation des unités 1 et 2 et la conception, la construction, le financement et l’exploitation des unités 3 et 4 à Jorf Lasfar. JLEC (actuel Taqa Morocco) a démarré sa production un an plus tard au niveau des unités 1 et 2. 

L’ONEE et Taqa sont liés par un contrat de 30 ans. Parmi les dispositions de l’accord, la production et l’injection de l’énergie exclusivement dans le réseau de l’opérateur historique à prix fixe. Le président du directoire déclare que le contrat n’a pas prévu de clause sur la révision du prix.

Par conséquent, il faudra attendre le terme du contrat en 2026 pour revoir les conditions tarifaires. Le contexte économique ne sera plus le même puisque la capacité de production nationale montera en régime avec l’entrée en service des différents projets d’énergies renouvelables.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc