Dossier Spécial

8 Mars: Khadija Maliki, de la médecine à la cuisine bio

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5225 Le 08/03/2018 | Partager
khadija_maliki_025.jpg

Surfer sur la vague de la nostalgie des plats traditionnels, un créneau dans lequel s’illustre la coopérative présidée par Khadija Maliki, et dont le premier magasin bio vient de voir le jour à Berkane (Ph. A.K.)

Rien ne prédestinait Khadija Maliki, médecin de formation, à se lancer dans la cuisine bio. Et pourtant, elle a troqué sa blouse blanche contre un tablier d'agricultrice. Mais pas dans n'importe quel créneau, elle a choisi l'agro-écologie pour connaître les caractéristiques du sol, repérer les différentes parties de son jardin et effectuer les prélèvements pour le choix des cultures.

Aujourd'hui, elle dispose d'un magasin de produit et cuisine bio, le premier de Berkane. C'est le fruit d'une coopérative (constituée d’agriculteurs, éleveurs et consommateurs) que Khadija Maliki préside. Tout a commencé lorsqu’elle a participé à un module de formation sur l’agro-écologie et l’agriculture durable dans la province de Rhamna.

Une occasion pour échanger avec les femmes engagées dans l’agro-écologie et de s’enquérir des expériences réussies dans la production et la commercialisation des produits biologiques et agro-écologiques. «J’ai d’abord commencé par la maîtrise des techniques de compostage, indispensable pour la fertilisation», explique-t-elle.

Ce qui a engendré de fortes diminutions des déchets ménagers à la maison et modifié certains comportements de ma petite famille. Et pour généraliser cette culture, elle vient de se lancer dans l’étape de certification des fermes qui produisent bio.
En tant que médecin, Maliki est convaincue qu’une alimentation saine, naturelle et dont la source et le mode de production sont connus est bénéfique pour la santé. Et c’est plutôt les femmes qui réclament ce genre de produits.

En parallèle, elle compte lancer «la viande rouge bio», action complémentaire pour enrichir le panier, qui compte déjà les œufs et la viande blanche», indique Maliki. Pour le prochain Aïd Al Adha, une écurie de la région proposera des «moutons bio». Une première sur le plan national et qui risque de faire boule de neige.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc