International

Chine: Vers une présidence à vie

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5220 Le 01/03/2018 | Partager
Le Parti communiste chinois vient d'appeler à modifier la Constitution
Pour y supprimer la limite de deux mandats présidentiels de cinq ans

C’est l’attentisme prudent. Le Président chinois Xi Jinping pourrait décrocher dans quelques jours le feu vert pour se maintenir au pouvoir à vie. Le Parti communiste chinois (PCC) vient d'appeler à modifier la Constitution pour y supprimer la limite de deux mandats présidentiels de cinq ans. Cela permettrait à Xi, arrivé à la tête de l'Etat en 2013, d'y rester au-delà de 2023.

L'abrogation de la limite de mandats sera très probablement adoptée par l'Assemblée nationale populaire (ANP), le Parlement chinois soumis au PCC, dont la session annuelle débute lundi 5 mars. Xi Jinping a initié l'un des plus grands programmes d'infrastructures et de commerce de l'histoire: les Nouvelles routes de la soie. Un projet de 1.000 milliards de dollars qui suscite un grand intérêt, mais aussi la suspicion sur les intentions chinoises.

La montée en puissance de Pékin suscite parfois l'inquiétude. Et ce, en raison de ses revendications en mer de Chine méridionale, de l'ouverture en 2017 de sa première base militaire à l'étranger (à Djibouti) ou encore de son influence grandissante en Occident.

En Russie, où le Président Vladimir Poutine est ancré au sommet de l'Etat depuis 17 ans, les réactions ont été globalement positives. Depuis l'élection à la présidence américaine de Donald Trump, Pékin tente de combler le vide laissé par Washington après son retrait de traités commerciaux et de l'Accord de Paris sur le climat. «Sur le plan extérieur, les craintes d’une guerre commerciale totale entre les Etats-Unis et la Chine semblent s’être dissipées.

Mais la nouvelle administration américaine continuera d’imposer des mesures anti-dumping contre certains biens chinois au cas par cas», indique Coface dans son appréciation des risques. Dans les prochains mois, «l’évolution des relations entre la Chine et les Etats-Unis autour des tensions dans la péninsule coréenne sera à surveiller.

Des progrès sur cette question semblent avoir été faits à la suite de la visite du Président américain Donald Trump en Chine en novembre 2017». Enfin, «les tensions diplomatiques autour de la décision du tribunal de La Haye en faveur des Philippines sur les activités chinoises en mer de Chine se sont atténuées par rapport à l’année passée …», mentionne l'assureur-crédit français.

Une croissance modérée

La croissance chinoise devrait continuer de se modérer en 2018. Ce ralentissement devrait être le résultat des politiques plus restrictives mises en place pour atténuer les vulnérabilités financières et se prémunir contre le risque d’éclatement d’une bulle spéculative.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc