Entreprises

Résultats annuels: Attijariwafa bank au-delà des attentes

Par Franck FAGNON | Edition N°:5218 Le 27/02/2018 | Partager
Le résultat net part du groupe s’améliore de 13,3% à 5,4 milliards de DH
Les performances de la filiale égyptienne font la différence
Le groupe proposera un dividende de 12,5 DH par action
resultats_awb_018.jpg

 Attijariwafa bank a achevé un exercice solide grâce notamment aux performances de ses activités à l’international. Les profits dépassent la barre de 5 milliards de DH. Le 1/3 provient désormais de l’étranger

Les entreprises vedettes de la Bourse confirment leur bonne forme. Attijariwafa bank, la deuxième capitalisation boursière, a publié, lundi 26 février, des comptes supérieurs aux attentes. Le résultat net part du groupe a progressé de 13,3% pour s’établir à 5,4 milliards de DH.

Les activités au Maroc se comportent mieux que ne le laisse espérer la conjoncture avec une contribution au RNPG en hausse de 14,7%. Mais c’est surtout la banque de détail à l’international, en particulier les performances de la filiale égyptienne qui retiennent l’attention. Son résultat net a flambé de 68% sur un an, dépassant les anticipations des analystes.

La marge d’intérêt a augmenté de 31% à l’international
et 2,1% au Maroc

Le nouvel actif dont l’acquisition a été finalisée en mai 2017 a été consolidé uniquement sur huit mois. Les résultats d’Attijariwafa bank Egypt revêtent un caractère exceptionnel. Il sera difficile pour la banque de répéter les mêmes performances sur une longue durée, mais sera un moteur important de la croissance des activités du groupe à l’étranger. Avec la filiale égyptienne, la contribution de la banque de détail à l’international au RNPG est passée de 23 à 32% à fin 2017.

Néanmoins, en Bourse, le cours du groupe a reculé de 1,89% à 504,30 DH à la clôture du marché lundi. Attijariwafa bank va soumettre à la prochaine Assemblée générale des actionnaires la distribution d’un dividende de 12,5 DH par action, soit 59,5% du résultat net social. Le coupon proposé est en hausse de 0,5 DH contre 1 DH les deux années précédentes.

Le groupe bancaire aux 9 millions de clients dans 26 pays a réalisé un chiffre d’affaires (produit net bancaire) de 21,6 milliards de DH, en hausse de 10%. L’ensemble des composantes ont soutenu cette croissance. La marge d’intérêt a signé une progression convaincante  de 11,2% grâce principalement au dynamisme de la banque de détail à l’international.

L’indicateur y a augmenté de 31% contre 2,1% sur le marché domestique. Les performances sont un peu plus équilibrées au niveau de la marge sur commissions avec une hausse de 11,5% à l’international et 7,5% au Maroc. Cette rubrique connaît une croissance forte sur les dernières années grâce à un double effet prix et recrutement de nouveaux clients.

La diversification de l’offre et le développement de nouveaux canaux de distribution, notamment avec le digital, soutiennent aussi la croissance de la marge sur commissions. Moins qu’à l’étranger, la digitalisation des services bancaires devient un sujet de plus en plus stratégique au sein des banques marocaines. De toute façon, elle n’auront pas d’autres choix que de s’adapter aux mutations qui touchent le secteur.

Aujourd’hui, la fidélité des clients serait moins forte que par le passé parce qu’ils sont plus matures et disposent des moyens pour faire jouer la concurrence. Ce qui pousse les banques à investir davantage dans l’amélioration de la relation client au risque de se faire déplumer.

Pénalisant selon les années et l’orientation des taux obligataires, le comportement du revenu des activités de marché a été cette fois-ci favorable puisqu’il a augmenté de 14,5%. A fin 2017, le groupe a amélioré de 0,4 point le coefficient d’exploitation à 46,1%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc