Competences & rh

Un 1er Career center dans le tourisme

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5213 Le 20/02/2018 | Partager
Objectif: Renforcer l’employabilité des jeunes à l’horizon 2020
Créer un espace d’échange avec l’ensemble des acteurs du marché de l’emploi
Un partenariat entre le gouvernement et l’Usaid

Au Maroc ou ailleurs, la problématique de l’employabilité des jeunes est la même: ce sont les jeunes qui sont les plus touchés par le chômage. Au Maroc, le taux de chômage des diplômés de l’université dépasse les 20% (contre 4,6% pour les personnes sans diplôme). Pis encore, les étudiants mettent en moyenne 4 ans avant de pouvoir décrocher un premier emploi.

Et les raisons qui conduisent à cette déroute ne sont pas souvent liées à la conjoncture économique mais à l’inadéquation entre la formation et la demande sur le marché du travail. Et c’est justement pour pallier ce déficit que le programme Career Center a été initié, conçu par l’Agence améri­caine pour le développement international (Usaid).

Après les universités et l’Ofppt, c’est au sein des institutions de formations aux métiers de tourisme que l’Usaid vient d’ouvrir un premier Career center, à l’ins­titut spécialisé de technologies appliquées hôtelières et touristiques de Marrakech. Le centre a été inauguré par le ministre du Tourisme, du Transport Aérien, de l’Artisa­nat et de l’Economie Sociale, Mohamed Sa­jid, en présence des présidents de la CGEM, de la CNT et de la FNIH.

Fruit d’un par­tenariat entre le gouvernement du Maroc et l’Agence Américaine pour le Dévelop­pement International (Usaid), le centre est conçu comme un espace d’échanges entre l’ensemble des acteurs du marché du tra­vail- jeunes, entreprises, établissements de formation, agences de recrutement, asso­ciations, fédérations d’entreprises- pour accompagner les jeunes dans leur transi­tion de la formation vers l’emploi.

Il offrira aux jeunes de la région Marrakech-Safi de nombreux services tels que l’orientation vers les métiers du tourisme, des sessions de formation sur la recherche de l’emploi, des formations aux compétences non tech­niques (soft skills), l’information sur les secteurs porteurs, et la mise en relation avec les employeurs à travers des programmes de stages et d’immersion en entreprise.

En parallèle, un career center virtuel a été mis en place pour permettre à un plus grand nombre de jeunes de la région d’accéder aux mêmes services que le centre de gestion de carrière physique.

Pour le ministère du Tourisme, ce projet s’inscrit dans le cadre du chantier capital humain de vision 2020, et vise à renforcer l’employabilité des jeunes dans le secteur du Tourisme & Hôtellerie et à améliorer l’attractivité du dispositif de formation et des métiers du tourisme. Rap­pelons qu’au-delà de l’objectif quantitatif de la vision, le véritable challenge du secteur est de mettre sur le marché des profils de qualité. Sur ce registre, les professionnels se disent mal servis…

Les hôteliers s’allient à la Fédération européenne des écoles

La réelle problématique d’employabilité dans le secteur ne se situe pas dans la quantité de l’offre. «C’est surtout au niveau de la qualité où le bât blesse», déplore-t-on auprès des professionnels. L’objectif est d’aller vers une meilleure satisfaction client et, par ricochet, la fidélisation du touriste et l’attractivité du secteur. Cela passe par une meilleure formation des lauréats mais aussi par la formation continue. La Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) vient d’ailleurs de conclure un partenariat avec la Fédération européenne des écoles, une association regroupant près de 500 établissements d’enseignement répartis dans 31 pays. Pour les professionnels marocains de l’hôtellerie, l’idée derrière cette coopération est de promouvoir l’enseignement supérieur international et la professionnalisation auprès des entreprises de l’hôtellerie et du tourisme et ce, pour répondre à leurs besoins en matière de compétences.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc