Régions

El Othmani dans le bourbier de Jerada

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5207 Le 12/02/2018 | Partager
Retrait des agréments aux «barons du charbon»
Le Chef de gouvernement s’est gardé de toute promesse intenable
el-othmani-007.jpg

Le Chef de gouvernement a annoncé le retrait d’autorisation d’exploitation de 4 mines de charbon et le déblocage de  2,5 millions de DH pour résoudre les litiges juridiques relatifs aux retraites et à la couverture sociale des ex-employés de Charbonnages du Maroc. Mais ces mesures ne semblent guère avoir calmé la population (Ph A.K)

Pour sa démonstration «d’écoute et d’exécution», slogan levé par l’équipe gouvernementale, Saâdeddine El Othmani n’a pas réussi à désamorcer la tension auprès des populations qui réclament des mesures structurelles «fortes» en réponse à la crise que traverse Jerada.

Au gouvernement, il faudra encore plus d’imagination que des annonces (facilitation d’accès au logement, règlement de la question des retraites des ex-employés de Charbonnages du Maroc, etc). Même le retrait (un peu tardif) des autorisations d’exploitation à 3 responsables politiques, n’a pas suffi à calmer la population.

La quarantaine de personnes -élus, députés, présidents de conseils locaux, opérateurs économiques et acteurs associatifs- présentes à la 4e rencontre régionale sont restées sur leur faim. Chacun avait 3 minutes de temps de parole. Les requêtes ont dépassé les 200 et se rapportaient à 12 thématiques: investissement et emploi, agriculture, transport et réseau routier, eau potable et assainissement, électrification, santé, mise à niveau urbaine, enseignement, culture et sport, services publics, axe institutionnel et juridique et l’environnement.

Comme annoncé, le Chef de gouvernement a précisé que quatre autorisations illégales d’exploitation du charbon à Jerada ont été retirées. Des agréments tenus par des responsables politiques (PAM, RNI et PJD). «Cette décision est prise suite aux résultats de l’enquête menée par le département des Mines et sera appliquée sans délai», a insisté El Othmani.

En parallèle à ces décisions la réalisation d’une étude pour l’extraction du plomb, zinc et le cuivre par le ministère de l’Energie et des Mines est avancée. Les autorisations d’exploitation de ces minerais suivront rapidement. Deux autres décisions ont été annoncées lors de cette rencontre.

La première concerne la cession des logements en faveur des anciens ouvriers de Charbonnages du Maroc. De même, un budget de 2,5 millions de DH sera débloqué pour résoudre les litiges juridiques se rapportant aux retraites et assurances au profit des ouvriers qui n’avaient pas encore perçu leurs indemnisations, plus de 20 ans après la fermeture de la mine.

el-othmani-jerada-007.jpg

Pour ce qui est des secteurs de l’agriculture et l’environnement, le gouvernement a mobilisé 5.000 hectares pour l’exploitation agricole dont 2.000 ha au profit des jeunes en quête d’emplois. D’autres mesures ont été prises localement pour la plantation des sites contenant des déchets de l’anthracite avec amélioration paysagère de ces zones.

Le Chef de gouvernement a également rappelé que son gouvernement accorde un intérêt particulier à la compétitivité régionale. La réalisation du port Nador West Med et la zone franche qui lui sera adossée en font partie et joueront le rôle de locomotive de développement régional. Le taux d’avancement des travaux pour la réalisation de ce port a dépassé les 30%.

Pour consolider cette compétitivité, des études sont en cours pour connecter ce port au réseau ferroviaire et autoroutier. Dans le sillage, le gouvernement a entamé des discussions avec les différents intervenants pour la réduction des prix du ticket d’avion reliant les deux aéroports de la région avec Casablanca. Le prix du billet aller-retour Oujda Casablanca sera de 999 DH. Celui d’Al Arouit Casablanca sera de 800 DH, selon le président du Conseil régional de l’Oriental.

De leur côté, Mouad El Jamai et Abdenbi Bioui, respectivement wali de l’Oriental et président du Conseil régional ont rappelé les différentes actions entreprises localement. Les investissements ont dépassé 91 milliards de DH entre 2003 et 2016 (dont 52 milliards de DH en infrastructures de base).

Quant aux programmes de développement 2017/ 2023, il faudra trouver 74,5 milliards de DH, dont 19,5 milliards de DH pour le programme de développement régional 2016/2021. Il est attendu la création de 32.000 emplois. Cela suffira-t-il à faire baisser la fièvre sociale?

Le cri de détresse de la CGEM Oriental

Pour la sauvegarde du tissu industriel existant Noureddine Bachiri, président de la CGEM/Oriental a recommandé, lors de cette rencontre régionale, l’établissement d’un appui financier via un processus de financement spécifique aux nouveaux investisseurs et la création de fonds dédiés à la TPE et aux auto-entrepreneurs pour lutter contre l’informel et le chômage des jeunes. Il préconise également la déclinaison réelle du plan régional d’accélération industrielle via des zones accessibles, compétitives et concurrentielles à celles proposées par les Espagnols à Melilla. De telles mesures nécessiteront la mise en place d’unités locomotives d’investissements avec des écosystèmes à forte valeur ajoutée.
Ces mesures doivent être accompagnées par des allégements relatifs aux charges sociales, fiscalité, financement et accompagnement logistique. Pour le volet fiscal, la CGEM/Oriental réclame un code d’investissement spécial à l’instar de celui de 1983 qui aura un effet d’électrochoc sur les investissements.

 De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc