Société

Coupe du monde 2026: 10 milliards de DH pour les infrastructures sportives

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5205 Le 08/02/2018 | Partager
14 villes pour abriter les compétitions
Le dossier de candidature doit être déposé avant le 16 mars
Talbi Alami détaille les préparatifs
stade-005.jpg

La préparation du dossier de la candidature du Maroc est, selon le Ministère de la Jeunesse et des Sports une occasion en or pour mettre à niveau les stades existants et en construire de nouveaux (Ph. Jarfi)

La candidature du Maroc pour abriter le Mondial de 2026 nécessitera un investissement de l’ordre de 10 milliards de DH dans les infrastructures sportives, soit près de 1 milliard par an. C’est dans les cordes du gouvernement qui consacre chaque année 65 milliards de DH à l’investissement.

Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et sports, lors d’un briefing hier avec la presse, est on ne peut plus clair: il s’agit d’une occasion en or pour recentrer l’intervention publique sur le projet d’organisation de la coupe du monde. En d’autres termes, il s’agit d’orienter le développement vers les grandes villes qui seront les vraies locomotives. 

Cette approche va permettre à des régions comme Ouarzazate de profiter de cette opportunité pour se désenclaver. En tout cas, le dossier de la candidature retient 14 villes. Ainsi, l’offre Maroc prévoit 2 stades pour Casablanca et autant pour Marrakech. Les autres villes auront chacune un stade: Rabat, Tanger, Tétouan, Nador, Oujda, Fès, Meknès, El Jadida, Agadir et Ouarzazate.

Le ministre a déploré le fait que la région de Béni Mellal ne figure pas sur la liste, à cause de sa défaillance en matière de capacité d’hébergement. Les villes voisines comme Khouribga et Fkih Bensalah ont été passées au crible, mais sans résultat concluant. Ce qui alerte les pouvoirs publics pour se concentrer sur cette région en vue de la mettre à niveau. Il a fallu des paramètres internationaux imposés par la FIFA pour s’apercevoir des insuffisances de cette région.

Un dossier de 24 blocs et près de 1.700 pages

Aujourd’hui, les pouvoirs publics travaillent pour satisfaire aux critères imposés par la FIFA. «On nous a imposé 2 terrains à Marrakech. Mais après avoir décroché le ticket, il y aura certainement des révisions dans la programmation», a soutenu le ministre qui a rappelé que le vote est encore loin. Le dossier de candidature est composé de 24 blocs, avec 1.700 pages au moins.

Les experts planchent sur cette affaire qui comporte des éléments sur les télécoms, les aéroports, les autoroutes, l’infrastructure de santé,… Si le dossier est faible sur un volet, il peut être disqualifié. Le dossier doit être déposé avant le 16 mars prochain, dernier délai.

talbi_alami_005.jpg

 Des représentants de la FIFA devront se rendre au Maroc à partir du 16 avril prochain. L’objectif, précise Rachid Talbi Alami, est de vérifier le contenu du dossier et soumettre un rapport d’inspection, décisif pour l’acceptation de la candidature (Ph. Bziouat)

Les experts ont un mois pour l’étude technique au siège de la FIFA. A partir du 16 avril, une inspection se rendra sur le terrain pour vérifier le contenu du dossier, pour voir si le foncier identifié appartient à l’Etat, si la distance entre l’aéroport et les stades est convenable,… Ces inspecteurs rendront compte aux responsables de la FIFA qui décidera si le dossier marocain est qualifié.

Cette étape est essentielle avant de passer au vote qui interviendra en juin prochain. Les pays candidats sont exclus de l’opération de vote. Sur les 207 fédérations internationales, le Maroc devra décocher 104 voix favorables pour décrocher le sésame.

Attention au travail des enfants

 Selon le ministre, la FIFA accorde un intérêt aux droits de l’Homme mais pas sous l’aspect politique. Elle regarde plutôt si le pays emploie les enfants dans les chantiers de construction des terrains, s’ils travaillent durant la compétition internationale.

Rachid Talbi Alami a saisi cette opportunité pour aborder le logo choisi par le comité de soutien de la candidature du Maroc pour 2026 qui a été fortement critiqué sur les réseaux sociaux. Pour lui, le Maroc a préparé 12 logos mais le choix a été porté sur «Bidding Nation».

Il comprend les critiques de l’opinion publique, mais là encore, il rappelle que le comité travaille sur le dossier de  la candidature pour qu’elle ne soit pas rejetée. Après que la sentence tombe en juin, un autre logo sera confectionné. Nous aurons le temps jusqu’en 2026.

Colonies de vacances

Les colonies de vacances, nouvelle formule, seront prêtes l’été prochain. La construction des chalets en bois se fera en deux étapes: la première cette année, la seconde, l’an prochain. Et pour cause, certains marchés lancés pour réaliser tous les chalets cette année ont été jugés infructueux. Seules deux sociétés ont les capacités de réaliser ces infrastructures. La restauration des enfants pendant les colonies de vacances sera externalisée. La délégation générale de l’administration pénitentiaire l’a fait avec 17 DH le repas alors que le ministère dépense 25 DH, sans que la qualité ne soit au rendez-vous, soutient le ministre.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc