Entreprises

Grève déguisée des pilotes de RAM

Par Amin RBOUB | Edition N°:5205 Le 08/02/2018 | Partager
Les commandants de bord réclament une augmentation de 30.000 DH/mois
Les pilotes exigent une revalorisation de salaire de 15.000 DH
ram_pilotes_005.jpg

Les passagers en correspondance vers l’Afrique ont été pris en otage mardi dernier à l’aéroport de Casablanca. Furieux, certains ont saccagé les comptoirs et équipements de RAM (Ph. L’Economiste)

Premier bras de fer entre le PDG de RAM et les pilotes de ligne. De vives tensions viennent de secouer les vols de Royal Air Maroc, mardi 6 février. En effet, avant-hier, la compagnie a été contrainte d’annuler une dizaine de vols, surtout ceux en correspondance vers l’Afrique (Casa-Accra, Abidjan...).

Du coup, de nombreux passagers en transit de New York, Montréal... étaient pris en otage de ces annulations. Furieux, certains passagers ont saccagé les comptoirs de RAM à l’aéroport Mohammed V de Casablanca.

A l’origine de cette situation, des tensions qui couvent depuis un moment entre l’AMPL (Association des pilotes de ligne) et le management de la compagnie. Du coup, des pilotes ne respectent pas les programmes de vols, d’autres s’absentent et envoient à la dernière minute un certificat médical. Curieusement, même la liste de réserve (Plan B dans l’aérien) a été supprimée. Ce qui ne laisse aucune marge de manœuvre pour certains vols.

De sources concordantes au sein de la compagnie, ces annulations de vols sont la conséquence directe de «doléances insatisfaites des pilotes de ligne». En fait, l’AMPL a réclamé des revalorisations de salaire pour l’ensemble des pilotes. Requête qui est restée sans réponse jusque-là. C’est d’ailleurs ce qui a poussé l’AMPL à monter la pression, en perturbant les plans de vols. 

Concrètement, les commandants de bord réclament une augmentation de salaire de l’ordre de 30.000 DH d’un seul coup. Ce qui reviendrait à une rémunération mensuelle de 180.000 DH, au lieu de 150.000 actuellement! Pour leur part, les pilotes exigent une revalorisation de 15.000 DH par mois, soit en moyenne une fourchette de salaire  autour de 115.000 DH, au lieu de 100.000. Au cas où ces doléances seraient satisfaites, cela représenterait plus de 200 millions de DH de charges supplémentaires dans la masse salariale de la compagnie.

Pour rappel, RAM compte pas moins de 500 pilotes dont 280 commandants de bord. «C’est mission impossible vu le timing et la conjoncture», commente un cadre, compte tenu de la situation actuelle de la compagnie (endettement, perte d’exploitation, fluctuations des cours et charges du kérosène, la facture du carburant représente 25% des coûts d’exploitation, le plan d’investissement...).

D’autant plus que ce bras de fer intervient dans un contexte sensible vu que la compagnie s’apprête à lancer un plan stratégique en cours de validation par le gouvernement. Un programme ambitieux qui consiste à doubler la taille de la flotte d’ici 2022 (pour passer d’une soixantaine à 120 appareils à terme).

Le contexte social au Maroc ne s’y prête pas non plus, eu égard aux tensions qui montent un peu partout à Jerada, Al Hoceïma... Sans oublier les messages ambivalents que cela induit pour un pays qui compte organiser le Mondial 2026. De surcroît les annulations de vols vers l’Afrique sont aux antipodes de la Vision royale à l’échelle du continent.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc