Régions

Fès-Pédophilie: L’instruction achevée, les ONG se soulèvent

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5200 Le 01/02/2018 | Partager
Le rapport devrait être fin prêt dans les prochains jours
Accusé de viol sur 4 mineures, le suspect français avoue les faits
Une «mystérieuse relation» le lie avec le père de deux victimes
fes-manifs-ong-00.jpg

Forte mobilisation mercredi 31 janvier devant la Cour d’appel de Fès. A l’appel d’ONG locales, une centaine de personnes ont demandé la peine capitale pour Roberto Mula, le touriste français accusé d’agression sexuelle sur 4 mineures (Ph.YSA)

Si pour l’opinion publique  plusieurs zones d’ombre restent encore à éclaircir dans l’affaire du présumé pédophile français, le juge d’instruction, lui, a déjà achevé son enquête. Et ce, à l’issue de 4 auditions seulement. «Roberto Mula, le touriste français accusé d’agression sexuelle sur 4 mineures, a facilité la tâche au magistrat, Mohamed Touileb. Il a avoué ses actes tout au long de la procédure d’instruction du dossier», révèle Me Ouzzani Chahdi Benabdallah, avocat au barreau de Fès.

Ce mercredi 31 janvier, le présumé pédophile était auditionné pour la 4e fois. Il bénéficiait de l’assistance judiciaire demandée auparavant à la Cour. Représenté par Me Nouira, Mula a comparu devant le juge d’instruction à 11 heures. Au même moment, à l’appel de trois ONG locales, une centaine de personnes manifestaient leur colère devant la Cour d’appel de Fès.

Ils sont encadrés par Khadija Hajoubi, présidente de l’association «Caravane Nour de l’amitié pour le développement social», Mohamed Aarab, président de l’association «Oued El Jawahir», et Asmae Koba, présidente de l’Association de lutte contre la délinquance. Les trois «meneurs» ont été «officiellement» délégués par les parents des victimes afin de défendre leur cause et les représenter devant les médias.

Ce 31 janvier, seulement trois fillettes ont répondu à la convocation du juge d’instruction. Il s’agit de Hajar, Sabrine et Hayat, qui sont arrivées au Tribunal, masque au visage. Pour sa part, Douae, la 4e fillette, n’était pas présente. «Ayant deux frères en prison, cet enfant évite de se présenter par peur de représailles.

Sa famille craint que ses fils emprisonnés n’apprennent l’agression sexuelle sur leur petite sœur et se vengent de Mula. D’autant qu’ils sont tous incarcérés dans le pénitencier de Ras El Mae», indique Khadija Hajoubi, présidente de l’association «Caravane Nour de l’amitié pour le développement social».

Présence remarquée également de l’homme au bonnet noir et jaune, comme le surnomment les médias de la place. L’homme, petit de taille, n’est autre que le père de deux fillettes, âgées de 12 et 13 ans, elles aussi, victimes du pervers. Il est chiffonnier et se proclame ami de Mula. «Je n’ai jamais douté de son comportement avec mes fillettes», déclare-t-il à L’Economiste.

Le touriste français lui payait le loyer et achetait des cadeaux pour ses enfants. «Il jouait avec elles et leur prêtait sa bicyclette», poursuit le père. Ce dernier ne s’est jamais arrêté sur cette générosité de la part d’un étranger?, estiment des observateurs. De même, où se rendent ses fillettes durant leur absence, et parfois à des heures très tardives? D’autres personnes s’interrogent sur cette mystérieuse relation entre Mula et ce père de famille.

En tout cas, beaucoup de questions sont soulevées et devront attendre l’ouverture du procès. Entre temps, l’instruction reste confidentielle. Le magistrat chargé des auditions devrait rendre ses conclusions avant de transmettre l’affaire au juge compétent. Le rapport final serait fin prêt dans quelques jours…

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc