Société

Coupe du Monde 2026: Et si cette fois-ci était la bonne...

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5194 Le 24/01/2018 | Partager
Gouvernement, secteur privé et public: mobilisation totale pour la candidature du Maroc
Une enveloppe de 130 millions de DH mobilisée pour la préparation
Le comité d’organisation promet d’être prêt pour le 16 mars, la date de dépôt à la Fifa
comite-coupe-du-monde-2026-094.jpg

La mobilisation derrière la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde de football 2026 est totale. Prochaine étape le 16 mars 2018 pour le dépôt de dossier (Ph. Jarfi)

La cinquième candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde de football (CDM) pourrait être couronnée de succès. C’est en tout cas ce qu’espère Moulay Hafid Elalamy, président du comité de candidature du Maroc qui a dévoilé hier mardi 23 janvier le programme de la candidature du royaume qui sera, tout de même, opposé à de sérieux concurrents avec la triple candidature Canada, Etats-Unis et Mexique.

Cette sortie médiatique du comité d’organisation de la CDM en 2026 était tant attendue. Elle a d’ailleurs connu une forte mobilisation à la fois des pouvoirs publics et des opérateurs privés avec la présence de Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, Othman Benjelloun, président du GPBM, mais aussi de Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, Abdelkader Amara, ministre du Transport, Mohamed Laaraj, ministre de la communication, Rachid Talbi Alami, ministre des Sports, Mouhcine Jazouli, ministre délégué des Affaires étrangères notamment.

Sans oublier, les ministères des Finances et de l’Intérieur qui étaient représentés par leur SG. La présence des anciennes gloires du sport marocain Nawal El Moutawakil, Aziz Bouderbala et de Nourredine Naybet a également été remarquée. Cette mobilisation démontre s’il le faut l’implication de toutes les composantes de la société marocaine dans ce dossier. «Nous n’avons pas présenté une candidature de figurant, c’est une vraie candidature», affirme Elalamy qui dit vouloir mettre toute son énergie pour gagner.

Il a, pour ce faire, installé une task force de plus de 70 personnes qui travaillent depuis plus de 2 mois sur 22 dossiers à boucler pour être à temps avant la date de dépôt de la candidature avant le 16 mars 2018.

De nombreux stades encore à construire

logo_maroc_2026.jpg

Il faut dire qu’après 4 tentatives infructueuses, le Maroc est le moins que l’on puisse dire rodé à tous les points de vue. Elalamy assure, justement que le dossier marocain est de «haute facture» car contrairement aux précédentes candidatures en particulier celle pour le mondial 2010, il contient de nombreux atouts.

Outre sa stabilité financière, son idéale position géographique et son ouverture sur le monde, le pays dispose aujourd’hui de véritables infrastructures (autoroutes, ports, LGV, stades, installations hôtelières…) qu’il faut valoriser. «C’est justement en organisant de grandes manifestations que nous pouvons valoriser comme c’est actuellement le cas avec l’organisation actuelle du CHAN», assure le président de la FRMF.

Pour pouvoir prétendre à accueillir le mondial, le Maroc doit non seulement «upgrader» les 5 grands stades dont il dispose mais aussi en construire 9 autres. «Le cahier des charges stipule dans ce cadre 12 stades plus 2 de réserve modulables», fait savoir Lakjaa.

Partant de ce constat, le budget alloué à la préparation de cette candidature devrait se situer selon Elalamy aux alentours de 130 millions de DH, compte tenu «d’un travail colossal d’accompagnement». La candidature marocaine pourra dans ce sens, compter sur la mobilisation des nombreux investisseurs et partenaires. Sans vouloir les dévoiler, Elalamy en énumère 82, qui sait la course vers l’organisation du mondial passera également par eux.

Changement des règles du jeu

2 changements majeurs ont été apportés au niveau de la Fifa dans le cadre de l’organisation de la Coupe du Monde. Il y a d’une part, comme l’a précisé Faouzi Lakjaa, président de la Fédération Royale marocaine de Football, l’augmentation du nombre de pays participants pour le porter de 32 à 48 équipes lors de la Coupe du Monde 2026. D’autre part, le second changement intervient dans le mode de scrutin. Désormais, les votes pour l’attribution de la Coupe du Monde ne se limiteront plus au comité exécutif de la FIFA (25 membres au total) mais seront ouverts à toutes les fédérations qui sont au nombre de 211. En excluant les 4 fédérations candidates, il faudra 104 voix pour avoir la chance d’organiser le mondial. Et le Maroc compte bien mobiliser les efforts pour décrocher les voix de tous les pays africains. D’ailleurs, le comité d’organisation insiste sur le côté continental de cette candidature qui avant d’être marocaine est africaine. «Le Maroc ne doute pas du soutien de la confédération Africaine de football et de toutes ses composantes», souligne Lakjaa. Avec l’appui de la CAF, le Maroc entend également pouvoir obtenir l’adhésion des autres confédérations à son projet pour des raisons objectives.

Repères

  • 8 août 2017: Annonce de l’intention du Maroc à organiser la Coupe du Monde 2026
  • 30 novembre 2017: Validation de la candidature du Maroc
  • 10 janvier 2018: Nomination de Moulay Hafid Elalamy à la présidence du comité d’organisation
  • 23 janvier 2018: Première sortie médiatique du comité et dévoilement du logo pour la Coupe du Monde
  • 16 mars 2018: Dépôt du dossier de candidature ficelé auprès de la Fifa
  • Avril 2018: Visite d’inspection des membres de la Fifa
  • 6 et 7 juin 2018: Décision de soumettre le dossier du Maroc au comité de la Fifa
  • 13 juin 2018: Vote des fédérations pour la désignation du ou des pays hôtes

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc