International

Un an de Trump…

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5191 Le 19/01/2018 | Partager
Les «Trumponomics» bénéficient du contexte favorable de l’économie
Les riches sont les plus avantagés à long terme par la réforme fiscale
un_an_de_trump_091.jpg

Alors que «The Donald» s’apprête à clôturer sa première année en tant que patron de la Maison Blanche, l’économie américaine a l’air de bien se porter. Les marchés boursiers affichent d’importantes progressions et la croissance reprend sa hausse. Dans quelle mesure ces performances sont-elles cependant à imputer au président?

Le Dow Jones, qui est un indice des 30 firmes américaines les plus larges, était à 18.589 points lors de l’élection de Trump. Il s’établit actuellement à 26.000 points, affichant la «progression à 1.000 points la plus rapide jamais enregistrée», comme le fait savoir Donald Trump dans un Tweet. Cette hausse n’est cependant pas si impressionnante selon «The Independant».

Le Dow Jones est en effet biaisé car les entreprises qu’il représente sont évaluées par la valeur nominale et non la valeur de marché. «En plus, l’intensité de la hausse à 1.000 points d’un indice augmente naturellement au fur et à mesure qu’il progresse… Cette amélioration n’est donc pas une avancée notable».

Cependant, le fait que les marchés boursiers connaissent un trend haussier est incontestable, mais cette hausse est au niveau global. Les Bourses européennes sont également en forte progression depuis les élections américaines, ce qui ne peut être affecté à Trump.

Le retour des emplois est un autre exploit que le «président du Tweeter» s’attribue régulièrement, mais à tort. La tendance baissière du taux de chômage aux Etats-Unis a commencé depuis 2010 où l’inactivité avoisinait les 10% suite à la crise économique. Le taux de chômage s’est engagé depuis dans une baisse avec un rythme plus prononcé dans l’ère Obama.

Dans le domaine législatif, le majeur succès du président Trump est bien entendu la coupe fiscale, dont l’objectif est de faire revenir les capitaux en Amérique. Il est cependant certain que cette réforme va générer plus de déficit budgétaire, et le scepticisme est grand quand aux bénéfices pour la classe moyenne.

Le think tank «Tax Policy Center» a publié une analyse d’impact de la réforme. En moyenne, l’étude montre que la plupart des Américains verraient leurs impôts réduits entre 2019 et 2025. Les plus grands bénéficiaires des baisses au cours de la prochaine décennie seraient cependant, et de loin, les 1% les mieux rémunérés et les 0,1% des ménages américains les plus fortunés, y compris Trump. D'ici 2027, l’impôt devrait augmenter pour les groupes à faible revenu. 

Sur le long terme, l’attitude anti-immigration de Trump, sa rhétorique enflammée et son autoritarisme risquent de nuire au «soft power» et au prestige des Etats-Unis dans le monde, s’inquiète «The Independant». Cela pourrait impacter négativement et durablement le potentiel de croissance du pays.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc