Entreprises

CES Las Vegas: Très prometteuse, la première participation marocaine

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5189 Le 17/01/2018 | Partager
Plein d'opportunités pour les startups
L'Afrique a enfin de la visibilité

Après plus de 13 heures de vol, c'est hier qu'a atterri à l'aéroport Mohammed V la délégation marocaine ayant fait le déplacement au CES 2018 (Consumer Electronic Show) de Las Vegas. Chapeautée par le cluster privé CE3M (cluster d'électronique, mécatronique), le GIMAS Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales), et soutenue par le ministère de l'Industrie, cette première participation marocaine, arabe et africaine, aura permis à 9 startups de bénéficier d'une visibilité sans précédent.

Le CES est le Davos de l'électronique grand public. «CE3M et le GIMAS ont fait le forcing afin d'envoyer des startups marocaines triées sur le volet. L’opération aura coûté 700.000 DH», explique Nourredine Bouyakkoub, dirigeant du cluster privé. «Des frais que le ministère de l'Industrie a promis de nous rembourser de 50% au moins», tient à préciser Bouyakkoub. L'objectif du cluster et du GIMAS est d'inscrire désormais le CES dans l'agenda officiel de l'AMDI.

Une convention sera paraphée très prochainement, afin de réitérer l'expérience l'année prochaine. Les différents concepts proposés par les startups marocaines s’inscrivent dans les tendances de l’innovation avec des domaines applicatifs allant de la réalité  augmentée à la domotique en passant par les objets connectés. Ainsi, Maria Sadak, jeune docteur dermatologue de Marrakech, a présenté une solution novatrice.

Un petit objet de la taille d’un petit galet qui permettrait aux femmes, et aux hommes qui le souhaitent, de garder un œil sur la qualité du grain de leurs peaux. Connecté à une application, Senskin alerte l'utilisateur sur le produit utilisé. Faisant aussi office d'action préventive, la solution permet de détecter certaines maladies de la peau. Pour sa part, Mehdi Laadissi, professeur d’enseignement secondaire à Youssoufia, a inventé Forest Guardian. Il s'agit d'un système de prévention d’incendie de forêt, via un réseau de capteurs autonomes permettant la localisation exacte du foyer du feu. L’inventeur a rencontré un bailleur de fonds chilien qui manifeste de l'intérêt pour ce système.

Pour leur part, Idder Mounir et Reda Bachir El Bouhal sont deux jeunes entrepreneurs qui revisitent la publicité. Leur startup, MediaTab, offre aux annonceurs un support publicitaire digital. A travers des écrans connectés, contrôlés à distance, qui permettent un reporting exhaustif (audience, fréquence de diffusion...), la jeune pousse a pu lever des financements  auprès d’un  fonds d’investissement asiatique basé à Singapour, afin de s’exporter.

De leur côté, Ilham Bouzida et Mostafa Ressami font partie de l'écosystème  Mascir (Fondation pour la science avancée et l’innovation). Ces derniers ont inventé «HO!», un analyseur d’huile d’olive qui a la particularité d’être portable. HO permet de donner le taux d’acide oléique en quelques secondes.  Parmi les contacts prometteurs rencontrés au salon, le californian Olive Oil Council, de même qu’un groupe de cosmétique.

Taoufik Aboudia, entrepreneur digital, a réussi un tour de force: faire parler des plantes. Le procédé est simple, avec un compte Facebook Messenger. L'utilisateur peut initier une conversation grâce à une technologie, qui consiste en des capteurs couplés à des «chatbots». Sa solution «SkyFarm» permet de connecter et autonomiser un pot, un jardin, ou de développer des modèles de fermes connectées.

Les GAFA ne chôment pas

L'expression est sur toutes les lèvres, à la fois tendance de fond et argument marketing, l'IA. Amazon poursuit cette année sa stratégie visant à mettre «partout» son assistant vocal Alexa, bourré d'intelligence artificielle (IA): dans des voitures, des lunettes, des montres, des télévisions, des miroirs et même... des toilettes. Mais Google a lancé dans cette édition une contre-attaque, de nombreux produits présentés intégrant le sien, Google Assistant. L'enjeu est  de permettre à ces géants technologiques de mettre la main sur le foyer connecté, l'assistant virtuel devenant sa tour de contrôle, de la porte d'entrée à la machine à laver, en passant par les systèmes de sécurité.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc