Entreprises

Paiements électroniques: La multiplication de l’usage pour de grosses économies

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5189 Le 17/01/2018 | Partager
Plus de 8 milliards de DH par an générés par la croissance du paiement digital
Il s’agit de l’équivalent de 3,75% du PIB de la ville de Casablanca
Visa lance une étude pour évaluer les impacts sur la métropole

La multiplication du paiement électronique serait bénéfique pour l’économie d’une ville comme Casablanca. En tout cas, Visa y croit dur comme fer. Se basant sur une étude qu’il a réalisé auprès du cabinet de conseil Roubini ThoughtLab, le géant mondial du paiement digital met en avant les avantages de l’utilisation croissante des paiements électroniques, effectués que ce soit par carte.

A commencer par les économies en termes de budget. Selon l’étude qui a porté sur 100 villes dans le monde, dont Casablanca, les paiements digitaux rapporteraient annuellement près de 900 millions de dollars (8,41 milliards de DH) à l'économie de la métropole, soit l’équivalent de 3,75% de son PIB.

Cela pourrait se traduire sur les consommateurs puisque avec la rapidité des paiements numériques, ils économiseraient jusqu’à 30 millions de dollars en raison de la simplification des opérations bancaires, de vente ou de transit. L’étude avance même une diminution de la criminalité liée aux vols d’espèces. Outre les consommateurs, les entreprises pourraient profiter jusqu'à 600 millions de dollars de cette multiplication du paiement numérique grâce aux économies en temps et au traitement rapide.

«Elles réaliseront également des revenus de vente plus élevés car elles pourront étendre leur base de clients au web», soutient l’étude. L’Etat va, aussi, pouvoir bénéficier de l’augmentation du paiement numérique avec une économie estimée à 300 millions de dollars du fait d’une «augmentation sensible des recettes fiscales compte tenu d’une meilleure traçabilité des transactions commerciales opérées».

Mieux encore,  les paiements sans numéraire pourraient agir sur l’emploi. D’après l’étude, le chômage dans la ville de Casablanca serait réduit à hauteur de 4,3% d’ici 2032, contribuant à une croissance du PIB à raison de 11,5 points de base.

Pour les décideurs qui veulent rendre leurs villes mieux outillées en matière de paiements numériques, l’étude propose quelque 61 recommandations, telles que la mise en place de programmes financiers pour permettre de bancariser davantage de personnes ainsi que l’ensemble des mesures incitatives destinées à stimuler l'innovation en matière de nouvelles technologies de paiement et de systèmes sécurisés.

Pour profiter des opportunités qu’offre Casablanca, «Visa entend travailler activement avec le gouvernement et avec les banques et les établissements de paiement à l’encouragement du paiement sans numéraire», précise Sami Romdhane, DG de Visa International Maroc.

D’ailleurs, la société a déjà entrepris de nombreuses actions dans ce sens avec le lancement des paiements sans contact et aussi un partenariat avec les banques locales visant à récompenser les utilisateurs de cartes bancaires. Il y a aussi la collaboration avec le secteur public pour intégrer les nouvelles technologies au sein de l'écosystème de paiement.

City of dream

Outre la promotion des paiements digitaux, Visa s’active pour encourager l’éducation financière. La compagnie qui dit collaborer étroitement avec Bank Al-Maghrib en la matière vient de créer une application mobile pour permettre de vulgariser les produits et les services financiers les plus élémentaires comme l'épargne, les dépenses, le crédit, le débit… Cette application nommée City of dream est un jeu interactif qui permet à l’utilisateur de se familiariser avec le monde du paiement non numéraire et ses avantages à travers la gestion d’un magasin.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc