Entreprises

Nestlé Maroc étend son unité de production

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5187 Le 15/01/2018 | Partager
Un investissement de 100 millions de DH dans l’usine d’El Jadida
Lancement d’une nouvelle formule pour le Nescafé Classic
nestle-maroc-087.jpg

Forte de 80% de part de marché et d’une capacité de production de 4.000 tonnes de café soluble/an, l’usine Nestlé d’El Jadida emploie quelque 500 personnes (Ph.S.C.)

2018 démarre sous de bons auspices pour Nestlé Maroc. La filiale du groupe suisse lance sa nouvelle formule de café soluble commercialisé sous la marque Nescafé Classic. Le management de l’entreprise a saisi l’occasion pour démarrer officiellement les chaînes de productions dédiées. La cérémonie a eu lieu en présence de Massimo Baggi, ambassadeur de la Suisse au Maroc.

Pour monter en régime, le site d’El Jadida a opéré des extensions. Près de 1.000 m2 de surface supplémentaire ont été construits pour pouvoir accommoder deux nouvelles lignes de conditionnement. Les travaux d’extension ont mobilisé plus de 100 millions de DH. Depuis la création du site en 1993, le groupe a investi plus de 700 millions de DH.

Sur le café soluble, le groupe avait 2 types de retour de clientèle. Une selon laquelle le produit était trop amer et une autre selon laquelle le produit avait moins d’arôme de café, comparé aux grains moulus. Le nouveau procédé permet de capturer et conserver les arômes naturels et de les réinjecter lors du séchage et du conditionnement. Depuis, les remontées d’informations ont fait l’objet d’améliorations.

D’où le lancement de cette nouvelle formule. L’unité marocaine n’est pas la première à mettre en place cette technologie. Elle existe déjà dans d’autres pays. «A travers cette innovation, nous adaptons notre produit au goût local», fait valoir Bruno Le Ciclé, PDG Nestlé Région Maghreb.

L’usine d’El Jadida existe depuis 25 ans. Elle représente pour le groupe un hub continental de premier rang et produit plus de 4.000 tonnes de café soluble/an. La production d’El Jadida est exportée au trois-quarts vers l’Egypte, la Libye, l’Algérie, la Tunisie ainsi que dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Sénégal…).

«Nous produisons la totalité de la demande au Maroc. Le reste est mis à disposition des filiales du groupe dans ces pays et vendu par ces dernières», explique le PDG Maghreb, Le Ciclé. Le groupe revendique 80% de parts de marché au Maroc sur le segment du café soluble. En effet, le Nescafé Classic est un produit beaucoup plus populaire que l’on peut trouver sur pratiquement tous les points de vente malgré le fait que le Maroc soit un marché fortement consommateur de thé.

«Le produit est essentiellement vendu dans le commerce traditionnel. Il continuera de l’être. Par rapport à cette innovation, il n’y aura pas de discrimination entre les différents canaux de distribution. Le prix ne changera pas», tient à préciser le PDG. Quant au commerce moderne (GMS), il représente environ 20% des ventes. Rappelons que Nespresso (producteur de café en capsule) est aussi une filiale à part entière du groupe Nestlé. Bien évidemment, Nespresso reste une consommation réservée à une élite.

Autre particularité du marché marocain, la part du café en grain reste de loin supérieure à celle du café soluble. Pour promouvoir la consommation de café soluble, le groupe a développé en 2017 un produit à base de café et de lait: Nescafé Crème, qui est une dose individuelle de café en poudre avec du lait et du sucre déjà préparé. 2017 aura été l’année du lancement de cette gamme de produits.

«Son extension pourrait orienter la clientèle vers la consommation du café noir tel qu’il est proposé sous la marque Nescafé Classic», soutient le management. Le café soluble représente à peu près 35% du chiffre d’affaires de Nestlé au Maroc. Ce dernier se chiffre à plus de 1 milliard de DH.

L’unité transforme 15% de la production locale de lait

La production de l’usine Nestlé contribue au développement économique de la province d’El Jadida. «Cet investissement permettra d’améliorer le niveau de vie de nos agriculteurs», soutient le représentant de la direction régionale de l’Agriculture. En effet, l’agriculture occupe une place de choix dans la région. Elle représente environ 15,8% du PIB agricole national. L’unité industrielle intervient dans la valorisation du lait, une production prioritaire dans la province. La région enregistre une production de 500 millions de litres. L’usine valorise plus de 60 millions (environ 12%), pour sa marque de lait en poudre Nido, avec la contribution de plus de 12.154 fermiers locaux.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc