Primary tabs

Economie

Banque mondiale: Comment évoluera le monde

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5186 Le 10/01/2018 | Partager
Progression du PIB: 3,1% en 2018 et 3% en 2019
Les pronostics diffèrent selon les régions
banque_mondiale_1_086.jpg

Le resserrement de la politique monétaire devrait ralentir la croissance dans les pays développés. En contraste, la hausse des exportations va positivement impacter l’activité des économies en développement

«L’économie mondiale passe par une reprise cyclique qui devrait se maintenir sur les prochaines années», indique la Banque mondiale dans son rapport «Global Economic Prospects» publié le 9 janvier 2018. Cette reprise demeure confrontée à des défis structurels et semble soutenue.

La croissance mondiale a grimpé de 2,4% en 2016 à 3% en 2017. Elle a ainsi dépassé les prévisions (2,7%). L’investissement, l’activité industrielle et le commerce connaissent un rebondissement dans plus de la moitié du globe. Ces améliorations font écho à un environnement financier encourageant, en partie généré par une politique monétaire accommodante. La hausse de l’investissement a été supportée par des coûts de financement favorables, une augmentation des rentabilités ainsi qu’une meilleure confiance des marchés.

La croissance estimée pour les pays développés a progressé à 2,3% en 2017. Un renforcement engendré par la reprise des dépenses de capital et de la demande externe. Ce motif de redressement a été plus prononcé dans la zone euro.

Les pays en voie de développement ont crû plus rapidement l’année dernière au rythme annuel de 4,3%. L’activité des exportateurs des matières premières s’est raffermie. Les importateurs poursuivent quant à eux sur une solide progression. «L’amélioration dans l’activité économique des exportateurs de matières premières s’est faite dans un contexte où des économies clés, telles que le Brésil et la Russie, ont émergé de la récession», précise la Banque mondiale. Aussi, les prix de la plupart des matières premières ont augmenté, la confiance s’est améliorée et le ralentissement causé par l’austérité a diminué. 

Pour les anticipations, l’institution prédit une hausse à 3,1% en 2018, puis un léger recul à 3% pour la période 2019-2020. Les perspectives diffèrent cependant entre les régions développées et celles en développement. La croissance devrait ralentir dans la partie avancée du globe (2,2% en 2018 et 2,1% en 2019) à cause de la cessation graduelle du relâchement monétaire.

banque_mondiale_2_086.jpg

Les exportations ont enregistré un rebondissement dans toutes les régions du monde, sauf la région Mena. Celle-ci a été impactée par le recul des prix du pétrole

Les économies développées devraient retourner à des taux de croissance modérés, limités par le vieillissement de la population et une faible productivité. La croissance des pays en développement devrait quant à elle progresser à 4,5% en 2018, et à une moyenne de 4,7% les deux prochaines années. La reprise des exportations des matières premières devrait se poursuivre (+2,7% en 2017 et une moyenne de 3,1% en 2019-2020).

La croissance des importateurs des matières premières restera stable avec une moyenne de 5,7% en 2018-2020. Le ralentissement de l’activité chinoise est compensé par un rebond dans les autres grandes économies. La croissance des pays à bas revenus progressera à 5,4% en 2018 et à une moyenne de 5,6% en 2019-2020.  

En ce qui concerne les risques, les experts de la Banque mondiale font état de leur inquiétude quant à un probable resserrement brusque des conditions financières ou une soudaine hausse de la volatilité qui pourrait ralentir l’expansion de l’économie mondiale. Une éventuelle hausse des coûts de financement va particulièrement impacter les pays en développement qui dépendent beaucoup des financements extérieurs. La montée du protectionnisme et les risques géopolitiques peuvent avoir un impact négatif sur la confiance des marchés ainsi que le commerce.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc