Primary tabs

Entreprises

Somaca et Melloussa font jouer des synergies

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5181 Le 03/01/2018 | Partager
375.000 véhicules produits au Maroc par Renault en 2017, un exploit
L’euphorie des marchés mondiaux prévoit d’aller au-delà en 2018
somaca-081.jpg

La barre des 300.000 véhicules a été dépassée à Tanger en 2017 dans l’usine Renault. Cette dernière compte pour un dixième de la capacité de production totale du constructeur (Ph. Adam)

300.000 véhicules pour l’usine tangéroise de Renault en 2017, 75.000 pour la Somaca, la marque au losange accélère. Pour le constructeur automobile, il s’agit d’un véritable record en la matière puisqu’il suppose une augmentation de la production de près de 10% par rapport à l’exercice précédent quand 340.000 véhicules étaient sortis des chaînes de montage.

Et il y a encore de la marge. La capacité nominale de l’unité de Tanger est de 340.000 unités par an, auxquels pourrait se joindre l’espace dédié à Nissan, l’associé du projet qui s’était retiré au dernier moment. En effet, l’espace qui lui était réservé est encore disponible et pourrait servir pour installer une chaîne supplémentaire si le besoin se fait sentir.
La production de Tanger pourrait sembler faible, mais pour Renault, elle dépasse les 10% de la capacité totale.

De son côté, la Somaca, le deuxième site industriel de Renault au Maroc, n’a pas démérité. En 2017, l’usine d’Ain Sebâa a produit 75.000 unités, soit une hausse de 4,4% par rapport à son score de l’an dernier. A l'origine de cette envolée, l’euphorie que connaît le marché automobile mondial et en particulier en Europe.

Si la Somaca produit pour le marché local, la production de Tanger, le gros du lot est destinée quasi exclusivement à l’export avec comme premier marché celui de l’Europe. Certains modèles comme Sandero sont considérés comme des best-sellers dans divers pays du sud de l’Europe dont l’Espagne et la marque Dacia y a effectué une forte percée.

Une grande partie de la production de ce modèle a d’ailleurs été transférée depuis le site de Pitesti en Roumanie vers Tanger, les Roumains ayant préféré se concentrer, depuis 2015 sur la production du Duster, dont la demande mondiale affiche des hauts historiques actuellement.

Le cru 2018 promet d’être aussi bon sinon meilleur, au vu des prévisions du groupe qui prévoit une augmentation de ses ventes mondiales. Si le taux de croissance actuel se maintient, il est fort à parier que la barre des 400.000 unités soit atteinte et que l’usine de Tanger puisse frôler sa limite nominale de 340.000 unités.

A noter qu’actuellement, Renault fabrique quatre modèles différents à Tanger, Docker, Lodgy, Sandero et la Logan break. Ce dernier a été introduit l’an dernier et ses chaînes ont tout juste commencé à chauffer, ce qui promet de se refléter sur le volume total pour 2018.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc