International

Erdogan termine sa mini-tournée africaine

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5178 Le 28/12/2017 | Partager
Il est parti au Soudan, au Tchad et en Tunisie
Des accords sur le commerce et la défense
Le Président turc interpellé sur les violations de la liberté d’expression
erdogan-tunisie-078.jpg

Coopération économique, accords en matière de défense et d’investissement… C’est ce qu’ont convenu les présidents turc et tunisien (Ph. AFP)

L’Afrique séduit toujours les dirigeants du monde. Avant la Tunisie, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué une visite au Soudan et au Tchad. C’est de la coopération économique qu’Erdogan a discuté avec le Président de la Tunisie Béji Caïd Essebsi. Quatre accords ont été signés entre les deux pays dans plusieurs secteurs, notamment militaire et touristique, rapportent les sites officiels.

Au cours d’un point de presse conjoint, Erdogan a précisé que son pays est prêt à soutenir l’économie tunisienne à travers l’investissement.  Le Président turc a assisté également au Forum économique organisé à l’occasion du partenariat entre l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat et son homologue turque.

Les deux pays ont de profonds liens politiques et commerciaux, mais le débat sur la loi de finances 2018 en Tunisie a été marquée par une polémique sur l’accord de libre-échange. La coopération englobe aussi la lutte contre les organisations terroristes et la défense.

La question palestinienne et la crise en Libye étaient également au menu des discussions entre les deux présidents. Erdogan avait atterri mardi soir en Tunisie où le syndicat des journalistes avait manifesté contre les violations de la liberté d’expression en Turquie, et l’emprisonnement de nombreux journalistes dans ce pays.

En ce qui concerne le conflit syrien, le message d’Erdogan est comme suit: «Il n’y avait pour lui aucune solution possible sans le départ de Bachar al-Assad…». Après l’échec d’un nouveau round de pourparlers organisé en décembre à Genève sous l’égide de l’ONU, Moscou, Téhéran et Ankara ont relancé leur proposition de «congrès du dialogue national syrien à Sotchi fin janvier».

Auparavant, cinq accords ont été signés au terme d’une visite d’un jour d’Erdogan à N’Djamena. Les accords concernent l’impôt sur le revenu, la coopération technique et de développement ainsi qu’en matière de jeunesse et sports. Sur la liste figurent aussi la promotion et la protection des investissements et le partage d’informations et d’archives diplomatiques. Le Tchad a aussi sollicité l’implication de la Turquie dans la recherche et l’exploitation pétrolière.

Le gouvernement tchadien négocie depuis plusieurs mois avec l’entreprise suisse Glencore au sujet de prêts gagés sur le pétrole tchadien, et concernant une restructuration de dette s’élevant à 1 milliard de dollars. Les deux dirigeants ont évoqué également les questions internationales, notamment la question du terrorisme et le conflit israélo-palestinien.
Avant N’Djamena, Erdogan a séjourné au Soudan pour une visite marquée par la signature d’une douzaine d’accords bilatéraux.
Comme au Soudan, le Tchad traverse une grave crise économique et la visite avait de forts enjeux économiques. La Turquie est également au coeur des rivalités régionales autour de la crise en Libye (voisine du Soudan, du Tchad et de la Tunisie), en tête des préoccupations sécuritaires.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc