Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5178 Le 28/12/2017 | Partager

Piétons: Le code de la route enfin appliqué!

pietons-code-de-la-route-078.jpg

■ Une question d’éducation avant tout!
Il faudrait commencer par apprendre aux piétons comment traverser une rue. Ce qui est aujourd’hui loin d’être acquis ! De nos jours, le piéton s’engage sans regarder si un véhicule arrive. C’est alors au conducteur de faire attention au piéton. Mes parents m’ont toujours appris que pour traverser la voie, il faut d’abord regarder à droite et à gauche si aucun véhicule n’est pas déjà engagé. Ce n’est qu’après que l’on peut traverser en toute sécurité ! Ici, ce n’est pas toujours le cas. Les piétons traversent de manière inconsciente et irréfléchie, pouvant entraîner des accidents plus ou moins graves. Les bases de la sécurité routière doivent être mises en place dès l’enfance. C’est le rôle de l’école et des parents d’apprendre aux plus jeunes les dangers de la rue.
Denis
■ Une responsabilité qui devrait être partagée
Il faudrait rendre le piéton autrement plus responsable de ses actes. Que la loi protège ce dernier sur les passages cloutés, cela me parait évident! Mais, en dehors, la responsabilité ne devrait pas être portée uniquement par le conducteur. Une loi doit rapidement être étudiée par des commissions parlementaires pour déterminer un juste milieu.
Aziz

                                                                                       

Migrants subsahariens: Plus présents que jamais!

migrants-078.jpg

■ Le Maroc, pas responsable
Ces migrants subsahariens doivent retourner chez eux. Le Maroc ne peut pas s’occuper de la misère des autres. Notre pays a d’autres chats à fouetter, à commencer par résoudre ses propres problèmes internes.
Aafir Hamid
■ Soyons tolérants!
Etant moi-même un MRE, je pense comprendre les souffrances de nos cousins subsahariens. Soyons indulgents et sachez que l’éloignement est déjà une grande souffrance en soi…
Mountasser

                                                                                       

CEDEAO: L’adhésion mérite-t-elle le détour?

trump_078.jpg

Polémique autour de l’adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). En attendant la décision finale,  les avis de nos lecteurs divergent. (cf. notre édition du 16/12/2017)

 ■ Le phénomène des migrants risque de s’amplifier
C’est bien beau de s’empresser à adhérer à la «CEDEAO». Néanmoins, si adhésion il y a, cette entité demandera sans doute au Maroc de procéder à de multiples ajustements pour éviter une mainmise marocaine sur son économie. Se posera par ailleurs le problème de la libre circulation des personnes entre le Royaume et ces Etats. Le Maroc a-t-il en effet les moyens d’assurer une intégration idoine et sereine à son tissu économique, social et culturel de ces migrants de plus en plus nombreux sur son territoire? Un phénomène pour le moins inédit qui s’amplifiera une fois l’adhésion officielle proclamée, avec de réels risques de déstabilisation à terme de la société et de la cohésion sociale. Espérons au final que nos responsables, animés par des sentiments nobles de prise en charge concrète de ces populations, sauront discuter avec ces pays frères la mise en commun d’une stratégie continentale de développement humain tournée vers la mise à niveau des économies des territoires responsables de ces flux migratoires. En attendant, l’ensemble des pays africains doivent participer à la gestion durable de ces populations en situation précaire!
Alwassily Zakaria

■ Un enjeu qui n’en vaut pas la peine!
Cette possible adhésion du Maroc à la CEDEAO sent mauvais… L’organisation en question ne constitue en rien un espace prisé. Les investissements y sont en effet trop peu nombreux et plusieurs pays membres dont notamment le Nigeria y opposent leur veto à tout bout de champ. Le Maroc devrait plutôt investir dans la création d’un espace commun avec la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la Tunisie, seuls pays de la région accomplissant des progrès concrets!
Ahmed

■ Un intérêt stratégique pour le Maroc
Le fait que le Maroc se rapproche sur un plan institutionnel de l'Afrique de l'Ouest et des autres régions du continent me semble tout à fait louable. De cette manière, le pays pourrait bel et bien devenir un véritable trait d’union entre l’Afrique du Nord et l’Union Européenne. Une situation qui lui ouvrirait de nombreuses portes sur le plan socio-économique!
Michel Derpost

■ Ce n’est pas gagné!
Rien n’est gagné encore dans cette affaire et le Maroc doit courir pour arriver à son but. Ne nous emballons pas, c’est beaucoup trop tôt pour cela!
Dr. Ben

                                                                                       

panneau_azrou_078.jpg

■ Panneau insolite d’Azrou: Une explication rationnelle
Ce panneau signifie en fait qu’il faut marquer le stop dans le cas où l’on souhaite traverser le croisement. Mais, pour tourner à droite, pas besoin de le marquer… Un tel principe existe dans d’autres pays où, même si le feu est rouge, l’on peut tourner à droite en «grillant» le feu.
Y.A.D.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc