Primary tabs

Economie

Régionalisation: Les Chambres de commerce se mobilisent

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5178 Le 28/12/2017 | Partager
Elles réclament plus de compétences pour accompagner ce grand chantier
Et la réforme du statut de leur Fédération
La signature des contrats- programmes avec l’Etat attendue début 2018

Les Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS) montent au créneau. Elles ne veulent plus être considérées comme une coquille vide mais plutôt comme un levier de l’investissement productif avec plus de compétences. C’est l’objectif de la rencontre organisée, mardi dernier, par la CCIS de Rabat-Salé-Kénitra (RSK) à laquelle ont pris part les représentants des Chambres de certaines régions.

«Il s’agit de la première rencontre de concertation qui sera suivie par d’autres pour relancer le débat sur le statut des CCIS et leur rôle dans la régionalisation avancée», indique Aziz Hillali, membre du bureau de la CCIS de RSK.

«Au moment où le rôle des collectivités territoriales (région, commune et préfecture) a été renforcé, on constate une marginalisation de celui des CCIS dans le chantier de la régionalisation», relève Abdellah Abbad, président de la CCIS de la RSK. Ce dernier réclame des pouvoirs concrets pour permettre aux Chambres de régler les problèmes de leurs adhérents et également organiser les activités de leur secteur.

L’objectif ultime de cette mobilisation est d’abord de dresser un état des lieux des obstacles qui entravent ces organismes à jouer pleinement leurs rôles. Et également de sortir avec des recommandations pour renforcer l’implication des CCIS dans le déploiement des stratégies industrielles et le développement régional.  Elles sont aussi censées effectuer des propositions pour contribuer au chantier de la réforme des CCIS lancé par le gouvernement.

«Il est inconcevable que les Chambres en tant qu’une institution constitutionnelle soient chapeautées par une Fédération régie par le Dahir des associations qui date de1958», constate Hillali. La révision du statut de la Fédération des CCIS, s’impose donc, ajoute-t-il. A l’instar des autres associations professionnelles (médecins, architectes…), il suggère de confier aux CCIS la gestion des listes électorales de ses membres.

Rappelons que dans le cadre de la réforme des CCIS, une convention-cadre a été signée en 2014 entre le gouvernement et leur Fédération. En plus de l’amélioration du cadre juridique et réglementaire régissant les Chambres, ce contrat vise aussi l’élaboration des plans de développement qui constituent la base de contrats-programmes à conclure avec ces institutions et la Fédération.

Une grande partie des 12 CCIS sont d’ores et déjà prêtes pour la signature de ce contrat attendu pour le début de 2018. Plusieurs réformes juridiques ont été adoptées pour préparer les élections des chambres professionnelles qui avaient eu lieu en 2015.

Il s’agit notamment de la révision du code électoral dans le but d’augmenter le nombre de représentants des personnes physiques et morales. Sans oublier la régionalisation des CCIS qui a permis la réduction du nombre des chambres de 28 CCIS à 12 chambres régionales actuellement.

Reproches

Elections, code électoral, statut… sont en majorité les sujets qui préoccupent les membres des chambres dans leurs réunions, constate une source de la Fédération des CCIS. «Pour certains, les Chambres constituent la voie privilégiée pour décrocher un siège au sein de la Chambre des conseillers», fait-elle observer. Ces Chambres n’arrivent pas à formuler des propositions réalistes pour le développement de leur secteur au niveau de leur région et dégager de nouvelles recettes pour atténuer leur indépendance vis-à-vis de la tutelle. Leur relation avec les professionnels reste très timide, ajoute un chef d’entreprise.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc