Primary tabs

Société

Vaccination: Le Maroc bon élève, la France se rattrape

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5172 Le 20/12/2017 | Partager
Le calendrier national prévoit 12 vaccins jusqu’à 5 ans
L’Hexagone passe à 11 au lieu de 3 actuellement
A défaut, les enfants refusés à l’école
calendrier_vccin_072.jpg

Il n’existe pas de vaccin obligatoire au Maroc, à l’exception de celui contre le BCG exigé par le ministère de l’Intérieur pour l’inscription des enfants sur le livret de famille

A partir du 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires en France passera de 3 à 11. La loi n’étant pas rétroactive, la mesure ne s’appliquera qu’aux enfants nés à partir de cette date. Cette obligation est justifiée par le retour de certaines affections en France comme la rougeole, l’hépatite B…

Les parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants ne risquent pas de sanction pénale, mais leur progéniture sera privée d’école, de crèche et de centre de loisir. Le certificat de vaccination sera obligatoire pour y accéder. Au Maroc, le département de la Santé n’a pas donné de nouvelles consignes au sujet de la vaccination.

Il estime que «l’obligation vaccinale n’est pas recommandée et ne serait contreproductive». Seul le ministère de l’Intérieur (et pas de la Santé) exige un certificat de vaccin contre le BCG pour l’inscription des enfants sur le livret de famille. La circulaire a été diffusée de nouveau cette année. Toutefois, les parents dans l’impossibilité de faire vacciner leurs enfants peuvent les enregistrer et s’engagent à fournir le document ultérieurement.

Le gouvernement réserve chaque année 420 millions de DH pour l’acquisition des vaccins, qui sont tous importés. Aucun n’est fabriqué au Maroc pour le moment. De temps en temps, des contrôles sur la santé scolaire sont effectués dans les écoles. Pour l’année scolaire 2017-2018, le ministère de la Santé a demandé aux élèves de présenter leur carnet de vaccin à des fins de contrôle. Les vaccins non administrés sont offerts dans les établissements de soins publics.

Le ministère de la Santé effectue périodiquement des enquêtes sur la couverture vaccinale, des supervisions et des évaluations. L’indicateur indirect que les vaccins sont effectués concerne la baisse de la mortalité infantile.

«Le calendrier officiel de vaccination pour les enfants est mis en place selon les recommandations du Comité national technique et scientifique consultatif, composé, selon les principes de l’OMS, d’experts nationaux en relation avec la vaccination représentant les secteurs public et privé ainsi que des Ordres professionnels et des Associations civiles ou savantes», explique Dr Mohammed Benazzouz, responsable du Programme national d’immunisation au sein du ministère.

Le calendrier est sujet à révision selon l’évolution de la situation épidémiologique et les dernières avancées, innovations et recommandations scientifiques en matière de vaccin.  Pour le moment, le calendrier n’a connu aucun changement. Les vaccins sont administrés aux enfants depuis les 24 premiers mois jusqu’à l’âge de 5 ans, avec une primovaccination et des piqûres de rappel.

Il cible une dizaine de maladies dont la tuberculose, l’hépatite virale type B, le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, la coqueluche. Il concerne également les diarrhées à rotavirus, la rougeole, les infections à pneumocoque, la rubéole et l’Haemophilus Influenza type b.

Le programme de vaccination national a permis d’éradiquer plusieurs maladies, ce qui a réduit le taux de mortalité infantile: 95% pour le tétanos, 84% pour la rougeole et 86% pour la coqueluche pour les enfants de 0 à 1 an. Ainsi, les deux derniers cas de poliomyélite et de diphtérie ont été enregistrés respectivement en 1987 et 1991.

Plus de 98% d’enfants vaccinés

A l’inverse de la France, par exemple, où le taux de vaccination ne dépasse pas 60% en raison de réserves de la population, au Maroc il est d’environ 95%, selon le ministère. Chaque année, environ 670.000 nouveau-nés sont vaccinés chaque année. Au Maroc, 12 vaccins sont dispensés gratuitement jusqu’à l’âge de 5 ans dans 2.792 établissements de soins. Ainsi, 97% des enfants de moins de 5 ans sont vaccinés dans des hôpitaux publics, des centres de soins et autres dispensaires. Le reste (moins de 3%) dans des cabinets et cliniques privés.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc