Entreprises

Agroalimentaire Le Maroc à la conquête du Moyen-Orient

Par Nadia DREF | Edition N°:5168 Le 14/12/2017 | Partager
Une participation au SIAL Middle East orientée business
Près de 250 rencontres B to B programmées
Forte demande sur les huiles d’olive, d’argan, safran, miel, épices…
sial-middle-east-agroalimentaire.jpg

Bonne affluence enregistrée au pavillon du Maroc au salon de l’agroalimentaire du Moyen-Orient organisé à Abu Dhabi. Une attention toute particulière est accordée aux produits du terroir (Ph. ND)

SIAL Middle East, la grand-messe de l’industrie alimentaire au Moyen-Orient a été inaugurée mardi 12 décembre à Abu Dhabi. Cet événement, qui se poursuit jusqu’au 14 décembre, réunit plus de 900 exposants et accueille plus de 16.000 visiteurs issus de 91 pays. Une opportunité pour les coopératives et industriels marocains pour faire valoir les potentialités de la filière et rencontrer les prospects issus des Emirats Arabes Unis et des pays du Golfe.

Il va sans dire que le marché du Moyen-Orient revêt une importance capitale pour le secteur de l’agroalimentaire marocain. Le potentiel est prometteur vu que ces pays, ayant des niveaux élevés de revenus par habitant, sont dépendants des importations agricoles.

Ce qui pourrait constituer de nouveaux débouchés à l’export pour les produits agricoles phares, notamment les agrumes, les conserves végétales (surtout que les olives sont très prisées) ainsi que les produits du terroir. La participation marocaine est encadrée par l’Agence pour le développement agricole (ADA).

Erigé sur une superficie de 300 m², le pavillon marocain se veut une vitrine de 130 produits à forte valeur ajoutée (labellisés). L’offre Maroc est exposée par 25 participants dont 16 coopératives, 3 Groupements d’intérêt économique (GIE), ainsi que 6 opérateurs privés.

Durant les trois jours de l’exposition, l’Agence de développement agricole a concocté un programme de rencontres B to B au profit des producteurs des produits du terroir, présents au salon, qu’ils soient petits ou grands. «C’est une opportunité pour mettre en avant les atouts des produits marocains ainsi que le saut qualitatif qu’a connu le secteur grâce à la stratégie du Plan Maroc Vert», confie Al Mahdi Arrifi, DG de l’ADA, nommé début novembre dernier à ce poste.

Au total, pas moins de 250 rendez-vous B to B ont été programmés pour les opérateurs nationaux avec des acheteurs issus du pays hôte et de la région. «Ce programme vise principalement l’introduction et le renforcement des produits du terroir sur le marché du Moyen-Orient auprès des centrales d’achats, de la grande distribution, des épiceries fines ainsi que les magasins spécialisés en produits bio», fait valoir Al Mahdi Arrifi.

Parmi ceux qui manifestent de l’intérêt pour le «made in Morocco», de grandes surfaces de renom telles que l’Union Coop (le plus grand acheteur aux Emirats Arabes Unis), Carrefour, Lulu et Spinney’s. S’y ajoutent d’autres enseignes telles que Geant, Choi Thrams, United Supermakets... Ces clients sont aussi bien intéressés par les produits agricoles frais que par ceux du terroir.

Viennent en tête l’huile d’olive, l’huile d’argan, le safran, le miel, les dattes ainsi que les épices. Autre constat: une attention toute particulière a été accordée aux olives conditionnées. «Les produits marocains sont connus par leur qualité supérieure. Toutefois, pour un investisseur arabe, l’obstacle de la langue reste un problème majeur, surtout au niveau administratif ou auprès de certains ministères ou organismes publics», relève un visiteur émirati, lors de son passage au stand du Maroc.

Tous les exposants marocains rencontrés se disent satisfaits de leur participation au SIAL Moyen-Orient. Ils misent considérablement sur ces marchés porteurs pour fructifier leur business. «Nous avons reçu beaucoup de visiteurs. Nous avons aussi des rencontres programmées avec des acheteurs émiratis, saoudiens et même anglais», confie Ali Kammou, membre de la coopérative Afourer.

Tous les produits des 16 coopératives présentes, dont certaines participent pour la première fois à ce salon, sont labellisés. Une étape indispensable avant toute vente de marchandises au niveau local et international.

Favoriser la montée en gamme

Cette montée en qualité des produits du terroir est le fruit de la stratégie de développement mise en place dans le cadre du Plan Maroc Vert. Cette feuille de route vise à favoriser la mutation d’un mode de production traditionnel à un secteur plus structuré, offrant des gammes variées de produits de qualité, à forte valeur ajoutée avec un accès durable aux marchés national et international. Cette stratégie mise en œuvre par l’ADA s’appuie sur 5 leviers. Il s’agit du développement de l’amont et de la chaîne de valeurs, de la création de plateformes logistiques et commerciales régionales à proximité des producteurs ainsi que l’amélioration de l’accès aux marchés de la distribution moderne au niveau national et international. S’y ajoutent l’appui aux efforts de labellisation des produits du terroir ou encore la réalisation de campagnes de promotion pour asseoir la notoriété des produits auprès du grand public.

DNES à Abu Dhabi, Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc