Politique

Afrique: Le Maroc se bat comme jamais

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5160 Le 04/12/2017 | Partager
Après le Nigeria, Rabat acte un rapprochement avec l’Afrique du Sud et l’Angola
La crédibilité du Maroc basée sur ses réalisations concrètes sur le continent
jacob-zuma-roi-060.jpg

L’audience royale accordée au Président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, a permis d’apaiser les relations avec ce pays, dont les positions étaient traditionnellement hostiles au Maroc (Ph. MAP)

L’offensive diplomatique du Maroc en Afrique donne du tournis aux dirigeants du Polisario et son soutien l’Algérie. Une évolution confirmée par la dynamique diplomatique marocaine durant le sommet Union africaine-Union européenne, tenu mercredi et jeudi derniers à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Le rapprochement avec certains pays, jusque-là considérés comme des alliés d’Alger, adoptant une position hostile au Maroc, souligne les transformations géopolitiques que connaît le continent. Le discours pragmatique du Roi, axé sur les intérêts communs et sur les défis de co-développement, tranche avec les positionnements idéologiques relevant d’un autre âge.

Aujourd’hui, les pays africains optent pour des partenaires fiables et crédibles, à même à les accompagner dans leurs efforts de développement. Après le Nigeria, c’est au tour de l’Afrique du Sud d’ouvrir une nouvelle page dans ses relations avec le Maroc. L’audience royale accordée au Président Jacob Zuma est un signal fort en faveur de l’apaisement des relations entre les deux pays, considérés comme de véritables puissances régionales.

L’axe Alger-Pretoria, passant par Abuja, semble définitivement démonté. Le Nigeria et l’Afrique du Sud s’inscrivent dans la nouvelle dynamique de coopération intra-africaine. Cette rencontre Mohammed VI-Zuma a été l’occasion de tracer le cap. Les deux Chefs d’Etat ont convenu de «travailler ensemble, main dans la main, pour se projeter dans un avenir prometteur».

Ils vont maintenir «un contact direct», en vue de se lancer dans un partenariat économique et politique, et de dépasser l’état qui caractérisait les relations bilatérales. Premier résultat de cette rencontre: la représentation diplomatique sera relevée par la désignation d’ambassadeurs de haut niveau à Rabat et Pretoria.

Parallèlement, Rabat s’est ouvert sur d’autres pays, traditionnellement proches d’Alger. C’est le cas notamment de l’Angola, dont le président Joao Lourenço, a été reçu par le Souverain à Abidjan. Les relations entre les deux pays semblent également se diriger vers une mise à niveau des échanges économiques et un renforcement du partenariat politique.

Les deux Chefs d’Etat ont prévu «d’ouvrir de nouvelles perspectives de coopération dans l’ensemble des domaines». Ce partenariat sera axé sur «le partage du savoir-faire et l’implication effective des communautés des affaires des deux pays». Une prochaine visite au Maroc du Président angolais, sur invitation royale, est également prévue.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc