Economie

Conférence des patronats de l'UEMOA: La CGEM veut un vrai partenariat public-privé

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5160 Le 04/12/2017 | Partager
Elle plaide pour l’association des patronats africains dans la gestion des financements
En priorité les flux destinés au développement socio-économique

La délégation du patronat marocain au sommet des Unions européenne et africaine était porteuse d’une proposition inédite: associer les organisations patronales africaines aux financements destinés au développement socio-économique du continent. C’est le point central des échanges menés dans le cadre du Forum d’affaires qui réunit les patronats des deux unions.

La Confédération générale des entreprises du Maroc relève que ce ne sont pas les financements qui font défaut. Bien au contraire. Des flux massifs ont été enregistrés sur la dernière décennie.  Seulement, leur gestion qui est assurée par les Etats n’a pas abouti à des résultats tangibles. Peu d’impact est en effet relevé au niveau de la création d’emplois et de valeur ajoutée.

L’objectif pour la CGEM qui participait  aux travaux du sommet avec une délégation d’une vingtaine d’entreprises, est d’impliquer directement les patronats des deux Unions dans la quête mais aussi la gestion des investissements. Aujourd’hui, les Unions européenne et africaine sont arrivées à un tournant, le contrat liant les deux parties expire en 2020. L’enjeu est de faire en sorte que les patronats africains soient impliqués davantage dans l’acheminement, l’octroi et la traçabilité des financements.

Pour  Abdou Diop, président de la Commission Afrique et relations Sud-Sud, «il s’agit de mettre en place un véritable partenariat public-privé». Un gage d’une meilleure mise à profit des capitaux européens.  «Car, s’ils sont  bien canalisés, les financements  pourraient favoriser une émergence sans précédent du continent africain, toujours à court d’innovation notamment en matière industrielle. Le tissu industriel africain affiche en effet un grand écart en comparaison  avec d’autres pays d’Asie et d’Amérique latine.

L’autre objectif ciblé par le patronat marocain tient au renforcement du cadre de coopération initié avec les partenaires privés des pays de la Cedeao. «Des discussions ont été menées dans l’objectif de mettre sur les rails des relations privé-privé via des partenariats gagnant-gagnant», indique Diop.

Dans ce sens, la CGEM redouble d’efforts pour voir comment le secteur privé de la Cedeao peut s’organiser en vue de créer une valeur ajoutée partagée. Il reste à franchir le pas et créer davantage d’affaires au sein de ce groupement.

Guide des financements pour le continent

L patronat marocain dispose désormais d’un véritable guide des produits financiers pour l’Afrique. Fruit d’une étude réalisée par le cabinet Mazars Audit & Conseil, cet outil décliné en version digitale  concentre  les  produits, les mécanismes financiers dont tout opérateur marocain, exportateur ou investisseur, peut disposer pour se développer à l’international et particulièrement en Afrique. Y figurent également, les offres des établissements de crédit, des institutions financières internationales, des capitaux-investisseurs, des assureurs-crédit, des organismes de garantie ou encore les incitations de l’Etat. S’ajoute aussi l’ensemble des informations relatives à la politique d’investissement des capitaux-investisseurs (ticket d’investissement, zone d’investissement, chiffres d’affaires ciblés des entreprises, secteurs d’intervention…).

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc