Analyse

Marrakech-Safi: Ses atouts, ses défis et ses ambitions

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5158 Le 29/11/2017 | Partager
Déclinaison du Programme de développement régional
Étalé jusqu’en 2022
Une stratégie qui s’appuie sur des secteurs productifs compétitifs
marrakech_safi_058.jpg

Au total, 60 projets sont prévus par le Programme de développement régional pour 2017-2022, dont la moitié relève des compétences propres de la région, le reste étant partagé ou transféré. L’enveloppe totale est estimée à plus de 16 milliards de DH

La région a de nombreux atouts. Son capital humain, sa climatologie, ses complémentarités territoriales, des projets structurants et un important potentiel agricole. Le tout sous la marque «Marrakech» dotée d’une reconnaissance mondiale en tant que destination touristique de premier choix. Face aux besoins d’employabilité du territoire, la Région Marrakech-Safi s’organise à travers son Programme de développement régional (PDR) pour 2017-2022.

Une stratégie qui s’appuie sur des secteurs productifs compétitifs, comme l’agriculture, l’artisanat, la pêche, et bien sûr le tourisme. Car le Maroc dans son ensemble a le privilège de sa situation géographique à seulement 14 km de l’Europe, qui lui ouvre, grâce à un portefeuille d’accords commerciaux, un marché potentiel de près d’un milliard de consommateurs, concentrant 60% du PIB mondial.

Pour autant, à l’issue du dernier diagnostic régional, il en ressort encore des déficits persistants qui requièrent des approches novatrices pour leur résorption. L’enclavement déjà avec plus de 5 km pour Al Haouz et plus de 9 km identifiés pour le reste des provinces, l’alimentation en eau potable et en électricité, l’analphabétisme encore présent et la scolarisation des enfants entre 7 et 12 ans, qui n’est pas encore et partout généralisée.

Face aux 3 grands défis que sont l’emploi, l’inclusion et la durabilité, le PDR fixe un objectif de +50% de contribution au PIB national à horizon 2022 autour de filières innovantes comme la transition énergétique, l’agriculture durable, la créativité culturelle, la valorisation du patrimoine environnemental et les industries chimiques et portuaires. Ce sont également plus de 280.000 emplois à long terme visés via les projets structurants générateurs d’emplois et les mécanismes de promotion d’entrepreneuriat et d’inclusion.

Quant au programme d’investissement de la région, il se décline en 60 projets (dont la moitié relève des compétences propres de la région, le reste étant partagé ou transféré) pour un investissement total de plus de 16 milliards de DH. Pour piloter ce plan de développement, un comité, composé du Conseil régional, du wali et des gouverneurs, se réunit chaque mois afin de valider les plans d’actions, de réaliser les arbitrages clés, d’évaluer de façon continue l’institutionnalisation effective du Conseil régional pour les réalisations hors compétences propres. La province a, quant à elle, en charge de valider les plans d’actions des groupes de travail, de les animer et d’évaluer les réalisations.

Des atouts qui pourraient tout changer

Important bassin de production et d’exportation agricole (fruits et légumes), Marrakech-Safi contribue significativement au PIB agricole national (12,6%) et représente le principal secteur employeur au niveau de la région (42% de la population active).

Secteur agro-industriel exportateur (olive, huile, 2e valorisation produits du terroir…).

Le savoir-faire relatif au secteur des produits de la mer, bien qu’en récession, reste reconnu à l’échelle nationale.  

Potentiel artisanal important: 20% des exportations et 40.000 artisans.

Première destination touristique à l’échelle nationale, la région représente 20% de la capacité hôtelière nationale, soit près de 60.000 lits dont 20.000 dans les hôtels classés alors que le nombre annuel de nuitées est d’environ 6 millions. Le secteur génère près de 55.000 emplois. Le poids de l’activité touristique dans la génération de la valeur ajoutée au niveau national est de 9%, ce qui reste largement supérieur à la moyenne nationale qui est de 3%.

Réserves minières en phosphates importantes estimées à 15 milliards de tonnes.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc