Culture

Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5154 Le 23/11/2017 | Partager
Le programme Mazaya entame une série d’auditions
De la musique pour sortir de la précarité
minis_concerts_054.jpg

Ils ont fière allure, du haut de leurs 14/15 ans, de la lumière dans les yeux et une étonnante maîtrise de leurs instruments. Des gamins  au violon, alto et contrebasse, aussi habiles et concentrés que des musiciens professionnels. Il s’agit des élèves du programme Mazaya, initié par la Fondation Ténor pour la culture, qui consiste à offrir à des jeunes enfants déscolarisés et défavorisés une double formation combinant éducation et cursus musical approfondi.

Le programme vient lancer une série mensuelle d’auditions publiques à Rabat. Les spectacles permettent d’évaluer d’une manière permanente les progrès réalisés par les élèves et de les familiariser avec l’atmosphère des concerts. En solo ou en groupe, aux instruments à cordes, à vents ou à percussion et en passant par le chant et la chorale, les élèves se produiront devant leurs parents et amis, leurs professeurs, les mécènes du programme et un public de leurs pairs.

Certains des jeunes, ayant intégré le cycle central étalé sur 5 ans en janvier 2012, jouent déjà avec un orchestre philharmonique. Ce 1e cycle dédié aux «cordes» et achevé en juillet 2017 a donné lieu à un concert de clôture exceptionnel à l'occasion de la cérémonie de remise des diplômes. Les meilleurs d’entre eux ont rejoint depuis cette rentrée, le nouveau cycle supérieur de 3 ans développé par la FTC, dans le but de parfaire la formation des jeunes musiciens.

Seulement 5 après le début de leur formation, les meilleurs d’entre eux ont participé à plusieurs concerts de l’Orchestre Philharmonique du Maroc ou/et se produisent en solo ou en formation de musique de chambre lors des «matinées jeunes talents» du Printemps Musical des Alizés, etc.

Le programme Mazaya est lui-même inspiré d’une action similaire au Vénézuela, qui utilise la musique comme moyen d’ascension sociale par le biais d’une insertion socio-professionnelle  à travers le métier de musicien professionnel. L’aventure a démarré en janvier  2012, avec une classe pilote de 38 enfants de 8 à 14 ans. Une promotion qui vient donc de terminer un cursus de 5 ans, sanctionné par un diplôme, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale. 

Le but du programme en effet est de trouver des débouchés professionnels pour ces jeunes défavorisés, en l’occurrence un musicien d’orchestre, un enseignant de musique, ou encore un membre d’un groupe de musique. La formation ne se réduit pas à la musique classique, mais offre un métier de technicien et ouvre aux jeunes les voies de la musique universelle: andalouse, jazz, orientale ou autre.

Un projet salutaire et thérapeutique qui compte aujourd’hui près de 80 élèves, soutenus par de nombreux partenaires et mécènes qui n’ont pas hésité à sortir les chéquiers. Plusieurs prises en charge de jeunes élèves pour l’ensemble du cursus ou pour des stages d’été en France ont été offertes.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc