Culture

Le Cinéma Rialto d'Agadir revit

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5151 Le 20/11/2017 | Partager
La salle spécialement rénovée et ouverte pour le Festival Cinéma et Migrations
Une joie mêlée de nostalgie pour les amateurs du 7e art
agadir-cinema-rialto-051.gif

La 14e édition du Festival international Cinéma et Migrations a connu une forte affluence. Ce qui dénote de l’intérêt que porte le public gadiri, qui a soif de culture et d’art, pour ce genre de manifestations (Ph. H.S)

C’est une vraie bouffée d’air frais qui a soufflé sur Agadir durant la semaine écoulée, grâce à la magie du 7e art. La ville a abrité du 14 au 18 novembre 2017 le Festival international Cinéma et Migrations. Cette 14e édition, mettant le Cameroun à  l’honneur, a connu une forte affluence. Elle s’est distinguée par une riche programmation: master class, ateliers de formation, conférences, tables-rondes et nouveautés cinématographiques.

Le Cinéma Rialto a été rénové et ouvert au public spécialement pour l’événement. Les retrouvailles avec cet espace, fermé depuis quelques années maintenant, a été un moment plein d’émotion pour tous les cinéphiles d’Agadir et d’ailleurs. Ces derniers s’étaient battus bec et ongles pour sauver cette salle de projection qui fait partie de la mémoire de la ville (voir notre édition du 19/7/2012).

La société civile avait sollicité le soutien des responsables pour la réouverture permanente de ce lieu de culture resté, durant plus de 40 ans, la première salle de la ville. Avec ses 800 places assises, cet espace pourrait contenir, en plus du festival, des rencontres-débats, des projections de films, des ciné-clubs et autres activités culturelles à longueur d’année.

«Nous nourrissons l’espoir que ce cinéma retrouve son lustre d’antan», a déclaré Driss Moubarik, Président de l’Association l’Initiative culturelle, organisatrice du Festival Cinéma et Migrations, avec le soutien de partenaires institutionnels et privés. Pour cette édition 2017, 23 longs et courts métrages nationaux et internationaux traitant de la question migratoire étaient en compétition.

Parallèlement,  une exposition-photos du réalisateur et photographe franco-algérien Farid Dms Debah a été organisée, sous le thème: «Face à face pour les enfants du Maroc». Il s’agit, en fait, d’une galerie de portraits de diverses personnalités médiatiques, du Maroc et d’ailleurs, faisant face au fléau de la maltraitance infantile sous toutes ses formes. Cette exposition, dont le vernissage s’est tenu mercredi dernier, est réalisée dans le cadre d’un partenariat avec l’ONG  «Touche pas à mon enfant», œuvrant pour la défense des enfants maltraités.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc