International

Les cours du pétrole sur une courbe ascendante

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5147 Le 14/11/2017 | Partager
Le Brent ouvre à plus de 60 dollars
Le WTI accélère la cadence
L’Opep perçoit des signes de rééquilibrage
baril_petrole_047.jpg
Soutenu par des propos favorables des membres de l’Opep lors d’une conférence à Abou Dhabi, les cours du pétrole sont de nouveau sur une tendance haussière

Après une hausse de 25% depuis le mois de juin, le prix du baril va crescendo. Si le baril de Brent a largement dépassé les 60 dollars, le WTI s’échangeait hier en début d’après-midi à 56,88 dollars. Lors d’une conférence sur le pétrole à Abou Dhabi, le ministre de l’Energie des Emirats arabes unis a salué la probable reconduction de l’accord de réduction de la production de brut de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires.

«Je pense qu’ils continueront à faire ce qu’il faut pour rééquilibrer le marché», a affirmé Suheil al-Mazrouei. Il a estimé que la montée des tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui font tous deux partie de l’Opep, n’empêcherait pas une prolongation de l’accord de réduction de la production.

Présent à Abou Dhabi, le Secrétaire général de l’Opep Mohammed Barkindo a déclaré pour sa part que l’accord de réduction de la production avait produit de solides résultats face «au pire cycle de baisse des prix dans l’histoire». «Il y a des indications claires montrant que le marché se rééquilibre à un rythme accéléré», a-t-il dit.

Selon lui, la stabilisation du marché est liée à une combinaison de facteurs, notamment la baisse des stocks de brut et une augmentation de la demande mondiale. Le Secrétaire général de l’Opep a par ailleurs appelé les nouveaux producteurs, y compris les Etats-Unis avec leur pétrole de schiste, à œuvrer à un accord plus large pour sécuriser l’avenir de l’énergie.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs partenaires producteurs de pétrole sont liés par un accord de réduction de la production de brut pour rééquilibrer l’offre et la demande et faire remonter les prix. L’accord court jusqu’en mars 2018, mais sa prolongation devrait être au menu des discussions lors d’une série de réunions à Vienne le 30 novembre. Il sera aussi question d’imposer des quotas de production à trois pays qui en avaient été jusqu’ici exemptés: Libye, Iran et Nigeria.

Autre motif d’optimisme pour les investisseurs. L’Opep table désormais sur une hausse de la consommation d’or noir de 1,53 million de barils par jour (mbj) cette année à 96,94 mbj, contre une croissance estimée à 1,45 mbj auparavant, selon son rapport mensuel sur le marché, cité par AFP. Le cartel constate notamment une demande meilleure qu’anticipée en Chine au troisième trimestre.

L’an prochain, la consommation est attendue en hausse de 1,51 mbj, soit 130.000 bj de mieux que la prévision publiée en octobre. Et ce, du fait d’attentes plus optimistes en Europe, dans la région Asie-Pacifique et dans certains pays africains. Dans le même temps, les prévisions de croissance de la production de pétrole ont été revues à la baisse. Cette année les pays non membres du cartel devraient pomper 650.000 barils par jour de plus que l’an dernier à 57,67 mbj.

Ce qui représente 200.000 barils par jour de moins que dans les prévisions du dernier rapport de l’Opep. Et l’an prochain, ils produiront 870.000 barils par jour (bj) de plus, mais l’Opep s’attendait auparavant à 940.000 bj supplémentaires.  La production de l’Opep est-elle attendue à 33 mbj cette année.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc