Economie

Le Maroc renforce sa diplomatie parlementaire

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5146 Le 13/11/2017 | Partager
Le réseau FMI-Banque mondiale pour améliorer les compétences des élus
Urgences: la réforme de l’éduction et de l’administration

La réunion du Chapitre Mena du réseau parlementaire du FMI-Banque mondiale, tenue récemment à Rabat, a débouché sur la création d’une section marocaine. Le Chapitre Maroc sera présidé par Neila Tazi, vice-présidente de la Chambre des conseillers et membre du groupe parlementaire de la CGEM. Il existe une douzaine de groupes parlementaires de ce type à travers le monde.

Créé en 2000, ce réseau parlementaire est une plateforme qui fédère plus d’un millier de députés à travers le monde. Son objectif est d’échanger les expériences et de renforcer les compétences des élus en matière de législation et de contrôle de l’exécutif. Le Chapitre Maroc vise le même objectif: renforcer les outils et la capacité de contrôle de l’action gouvernementale.

La Banque mondiale finance plusieurs projets au Maroc. La création d’un Chapitre dédié permettra aux parlementaires de lui remonter la réalité du terrain et les besoins des populations en matière de projets de développement. Des éléments qui peuvent améliorer l’impact de ces projets sur les populations.

Maintenant que le Chapitre Maroc est créé, reste à décliner le plan d’action et former le bureau. Le challenge sera de sélectionner parmi les élus les personnes impliquées et engagées, qui sauront apporter une valeur ajoutée d’autant qu’il s’agit de diplomatie parlementaire. Les membres seraient sélectionnés par la Commission de coordination réunissant les deux Chambres du Parlement.

Le Chapitre Maroc ne bénéficiera pas d’un financement du FMI ni de la Banque mondiale, mais ces institutions prendront en charge les déplacements des parlementaires qui seront appelés à rencontrer leurs homologues à travers le monde.«Après avoir choisi comme axe de travail prioritaire la réforme de l’éducation et de l’administration publique, nous devrons ensuite déboucher sur un output avec un agenda de réalisation précis», explique la présidente.

Au cours de la réunion annuelle du Chapitre Mena au Maroc, Abdelhakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers, avait également proposé de se focaliser sur la promotion de l’égalité homme/femme. En tout cas, lorsque le groupe se sera formé, il pourra se fixer un plan d’action consensuel.

D’autres problématiques pourraient ensuite être traitées. Le Chapitre Maroc est attendu sur des résultats concrets car il devra présenter son bilan devant le réseau Mena. Un responsable sera désigné pour assurer la continuité du Chapitre, le mandat des parlementaires étant limité.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc