Economie

Electrification rurale: Le programme quasiment bouclé

Par Nadia DREF | Edition N°:5130 Le 19/10/2017 | Partager
Un taux de réalisation de 99,49% à fin août
Plus de 70.000 panneaux photovoltaïques installés dans les douars
Le Maroc, un exemple pour la région
electrification_rurale_030.jpg

Selon la tutelle, l’électrification des villages restants sera proposée dans un programme spécial de lutte contre les inégalités territoriales et sociales qui est en cours de préparation par le ministère de l’Intérieur (INDH), l’ONEE ainsi que le Fonds de développement rural

De 18% en 1995 à 99,49% à fin août 2017, le programme d’électrification rurale global (PERG) a réalisé une véritable prouesse en 22 ans. Ce taux devrait progresser jusqu’à 99,82% en 2019 grâce au raccordement de 1.428 douars supplémentaires. Ces réalisations font du Maroc un exemple pour toute la région. A fin août dernier, le nombre total des douars connectés au réseau électrique, depuis 1996, a atteint 39.750 villages.

Faisant ainsi  bénéficier 12,7 millions de personnes composant 2,1 millions de ménages. Pour approvisionner les douars reculés, la solution adoptée reste l’énergie solaire qui joue un rôle réduit dans le mix énergétique. Entre 1998 et 2009, 51.559 panneaux  photovoltaïques ont été installés dans 3.663 douars. «Actuellement, la majorité de ces villages a été également raccordée au réseau électrique», souligne Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement rural.

S’ajoute l’implantation de 19.438 équipements solaires dans le cadre d’une convention de financement signée avec les Emirats Arabes Unis pour équiper les maisons des communes couvertes par l’INDH. C’est l’émirati Masdar qui a fourni ces installations d’une capacité de 290 watts pourvues de batteries permettant de disposer d’une autonomie de trois jours.
Pour généraliser le raccordement des villages restants au réseau électrique, de nombreuses actions sont menées actuellement. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable, en charge de ce chantier, a mené des études dont les résultats ont été envoyés aux walis et gouverneurs des douars concernés. Deux approches ont été adoptées par la tutelle.

La première concerne les villages dont le coût d’électrification par ménage ne dépasse guère 80.000 DH. Ces derniers seront intégrés au PERG, promet le ministre. La deuxième option concerne l’électrification des villages, dont le coût dépasse cette somme. Dans le cadre des travaux pour tiers, le ministère alloue l’exonération des communes des frais facturés par l’ONEE pour faciliter la concrétisation de ce projet.
Selon Aziz Rabbah, l’électrification des villages restants sera proposée dans un programme spécial de lutte contre les inégalités territoriales et sociales qui est en cours de préparation par le ministère de l’Intérieur (INDH), l’ONEE ainsi que le Fonds de développement rural.

La province de Chefchaouen, englobant 27 communes rurales, fait partie des territoires concernés par la future programmation en matière d’électrification. Au total, 864 villages regroupant 59.954 foyers sont déjà concernés par le raccordement au réseau national pour un budget de 690 millions de DH. Sur ce total, 834 villages abritant 59.307 foyers ont bénéficié de cette connexion, soit 96,5% des douars.

Actuellement, l’ONEE étudie les cas de 30 villages regroupant 477 foyers qui étaient programmés initialement en solaire alors qu’aucun kit photovoltaïque n’y a été installé à ce jour. Ces douars pourront être raccordés au réseau électrique, est-il précisé auprès de la tutelle. En se limitant aux villages dont le coût par foyer est inférieur ou égal à 80.000 DH, 21 villages regroupant 393 foyers ont été recensés. Le budget prévisionnel nécessaire pour l’électrification de ces villages est évalué à 21,95 millions de DH. Il sera financé à hauteur de 55% par les communes (12,16 millions de DH), 40% par l’ONEE (8,8 millions de DH) et 5% par les bénéficiaires (982.500 DH).

La concrétisation de ce projet dépendra, entre autres, de la disponibilité du financement, de la validation en commission provinciale de ce projet ainsi que du paiement des participations des communes concernées. Pour les 9 villages restants, dont le coût par foyer dépasse 80.000 DH, le ministère propose l’électrification avec l’exonération des communes des frais facturés par l’ONEE. Ce qui réduira la facture.

L’ONEE et l’Afrique

L’ONEE, grâce à l’expertise accumulée depuis le démarrage du PERG en 1996, se positionne comme un acteur principal sur le marché de l’électricité en Afrique, a souligné Abderrahim El Hafidi, secrétaire général du ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable. Fort en matière de planification, d’exploitation, de maintenance et d’électrification rurale, l’Office est présent dans plusieurs pays africains qui souffrent d’un énorme déficit en la matière dont le Sénégal, la Gambie, le Tchad, la Mauritanie, le Mali, la Sierra Léone et le Cap Vert. L’ONEE propose également des formations aux pays d’Afrique subsaharienne.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc