Société

Salon du cheval d'el jadida/El Habib Marzak: «Nous ciblons aussi les jeunes générations»

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5126 Le 13/10/2017 | Partager
el_habib_marzak_026.jpg

El Habib Marzak, commissaire du Salon du cheval d’El Jadida, tient à faire de cette édition une grande fête pour célébrer les 10 ans de la manifestation (Ph. Privée)

Dix ans après sa création, le Salon du cheval est devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable. El Habib Marzak, commissaire du Salon du cheval, en dresse le bilan. Selon lui, au-delà de son impact extrêmement positif sur le tissu économique d’El Jadida, cet événement participe de manière active à la promotion d’un grand nombre d’activités au sein de la filière.

- L’Economiste: Quel bilan dressez-vous du Salon du cheval d’El Jadida, dix ans après son lancement?
- El Habib Marzak:
Depuis sa création en 2008, le Salon du cheval d’El Jadida s’est imposé comme un événement majeur au Maroc. La manifestation œuvre à la notoriété de la filière équine marocaine ainsi qu’à la valorisation de ses métiers traditionnels. Son dixième anniversaire marque, à cet effet, l’engagement continu dont a fait preuve le Salon, qui est rapidement devenu un lieu et un rendez-vous incontournables de rencontres entre le grand public et les professionnels du cheval, qu’il s’agisse d’éleveurs, de cavaliers ou d’artisans. Ainsi, en participant activement à la préservation de l’identité culturelle marocaine, auprès de toutes les générations, et en contribuant à la transmission de ce patrimoine culturel immatériel, le Salon a réalisé en une décennie un grand nombre de projets. On n’en cite ne serait-ce que la professionnalisation et l’adaptation aux normes internationales de ses infrastructures, principalement à travers la construction du Parc d’expositions Mohammed VI.
En outre, son rôle dans l’accompagnement de la filière équine et le développement des arts équestres traditionnels a été marqué par l’organisation du Grand Prix Mohammed VI de Tbourida, le passage du Show international du pur-sang arabe de la catégorie C à la catégorie A ou encore l’évolution du concours de saut d’obstacles de la catégorie 2* à 3*W avec la participation de cavaliers figurant au top 50 mondial. En faisant de la promotion du spectacle équestre un axe clé de son action, le Salon a poussé à la création de troupes marocaines dont le niveau actuel n’a rien à envier à celui des troupes étrangères. Il a également joué un rôle actif dans la connaissance des métiers du cheval, dont la maréchalerie, la sellerie et l’armurerie, qui illustrent toute la richesse de l’artisanat marocain.
En dix ans, la diversité de notre programmation nous a ainsi permis d’attirer quelque deux millions de visiteurs et a fait du salon un levier majeur du développement économique et social d’El Jadida et de sa région.

- Le Salon a gagné en maturité. Estimez-vous avoir atteint votre objectif?
- Depuis la création du salon, notre objectif est resté inchangé, celui de contribuer à la promotion de la filière équine marocaine et de son écosystème, tout en mettant en valeur la richesse du patrimoine national en relation avec le cheval. En devenant un rendez-vous incontournable pour les professionnels, les passionnés et les amateurs, le Salon a indiscutablement rempli sa mission première. Nous sommes même allés plus loin en faisant du jeune public une priorité de notre action, conscients que nous sommes de l’importance de transmettre le capital immatériel marocain aux nouvelles générations. En effet, sur les deux millions de spectateurs que nous avons accueillis en dix ans, plus de 100.000 étaient des enfants, invités et encadrés par nos soins. En organisant des activités pédagogiques et ludiques, le Salon est en effet parvenu à attirer les écoliers et à catalyser l’attention d’une audience nouvelle, désireuse d’en apprendre davantage sur sa culture et son patrimoine.

- Le Salon est-il utile au développement de la filière équine au Maroc?
- Tout à fait. Car le Salon du cheval d’El Jadida se veut une plateforme d’expositions et de rencontres des professionnels et amateurs du cheval. Au-delà de son impact extrêmement positif sur le tissu économique d’El Jadida, le Salon participe de manière active à la promotion d’un grand nombre d’activités au sein de la filière. L’art de la Tbourida, les spectacles équestres modernes ainsi que les championnats et concours profitent d’une vitrine nationale et mondiale et d’infrastructures aux normes internationales. Le Salon soutient aussi efficacement le développement du savoir-faire véritablement marocain, notamment en favorisant l’émergence de métiers liés au cheval et qui étaient jusqu’alors peu pratiqués dans le Royaume. La contribution du salon est aussi majeure dans la préservation et la mise en lumière de l’artisanat national, qu’il convient de valoriser en raison de sa richesse et de sa très grande qualité.

- En quoi cette dixième édition sera-t-elle différente des précédentes?
- Une décennie, ça se fête! Pour partager les grands moments de son histoire, qui l’ont hissé au premier rang des événements au Maroc et à l’international, le Salon a choisi cette année de présenter une exposition dont l’accrochage, pensé comme un véritable parcours artistique, retracera les temps forts de notre salon. Sous la forme d’une rétrospective avec des images, des vidéos et des objets, les visiteurs pourront découvrir les instants les plus mémorables, les invités prestigieux, les grands cavaliers et les spectacles grandioses qui ont jalonné la vie du salon. Parce que le cheval tient une place privilégiée dans le tissu social marocain, et dans notre identité patrimoniale et culturelle, cette édition sera également l’occasion de présenter un nouveau timbre qui a été spécialement conçu par Barid Al-Maghrib pour ce dixième anniversaire. L’Afrique aura aussi une place particulière avec la présence de nombreux pays, illustrant les liens historiques et profonds que le Maroc entretient avec son continent. Enfin, le Salon continuera de présenter les compétitions qui ont fait sa renommée. Acclamé l’an passé, le Grand Prix  Mohammed VI de Tbourida vivra une seconde édition qui s’annonce d’ores et déjà comme l’un des principaux temps forts de l’année. Quant au programme des championnats et concours équestres, il se poursuivra de plus belle afin de célébrer les chevaux et cavaliers les plus talentueux, pour le plus grand plaisir du public.
Propos recueillis par Jamal Eddine HERRADI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc