Culture

L’OPM, ambassadeur de la paix et de la tolérance

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5124 Le 11/10/2017 | Partager
2e édition des concerts «Les religions à L’unisson»
Hommage aux compositeurs marocains Graciane Finzi et Ahmed Essyad
Plus de 7.000 spectateurs pour l’édition 2016
opm-paix-024.gif

Plus de 7000 spectateurs ont assisté à l’ensemble des représentations du concert Les religions à l’unisson en 2016. La vidéo postée sur YouTube a été vue plus de 250.000 fois. Une représentation exceptionnelle a eu lieu à l’Eglise Saint-Germain-Des-Prés à Paris le 17 mars 2017 en présence de Valérie Pécresse (présidente de la Région Ile de France) et Chakib Benmoussa (ambassadeur du Maroc en France) (Ph. OPM)

Un chant de muezzin, interprété par le munshid Smahi El Harati, résonant de l’intérieur de l’église du sacré cœur à Casablanca, faisant écho à un Adonï, divinement interprété par la chanteuse judéo-berbère Françoise Atlan relayé par l’Ave Maria de Caccini, interprété par la cantatrice Caroline Casadesus, le tout accompagné par Yadaïn Piano.  Duo créé par les talentueuses Dina Bensaïd et Eloïse Bella Kohn qui ambitionne d’encourager le dialogue entre les différentes religions à travers la musique.

Yadaïn signifiant en hébreu comme en arabe «les deux mains». Des mains du pianiste sur le clavier, mais également des mains qui se tendent l'une vers l'autre. La scène avait électrisé l’assistance venue, nombreuse, assister au concert d’ouverture de la saison 2016 de l’Orchestre philharmonique du Maroc. Intense émotion et chair de poule garantie dans la salle  pour la magnifique prestation baptisée «Les religions à l’unisson» qui a été également jouée dans plusieurs villes du Maroc, avec plus de 7.000 spectateurs, ainsi qu’a l'Eglise Saint-Germain-des-Prés, à Paris.

Et c’est la deuxième édition que s’apprête à lancer l’OPM pour le lancement de sa 22e saison. «Il est très important de rappeler que les religions ont toujours coexisté pacifiquement au Maroc, et qu’elles continuent de le faire. L’exprimer en musique est la meilleure démonstration qu’on puisse en faire aux yeux du monde», précise Caroline Saunier, la directrice déléguée de la fondation Ténor pour la Culture. Le programme musical des concerts qui auront lieu du 11 au 15 octobre a entièrement été pensé dans cette optique.

L’OPM a été plus loin dans la démarche, en faisant appel à trois artistes de trois confessions différentes, mais également en choisissant d’interpréter des œuvres de compositeurs issus des trois religions. C’est donc Hasnae Bennani, soprano

opm_ambassadeur_paix_024.jpg

marocaine et Marc Coppey, violoncelliste français, tous deux issus du Conservatoire national supérieur de Paris, qui joueront, accompagnés par les 80 musiciens de l’OPM, sous la baguette d’Olivier Holt, chef invité, également conseiller artistique de la formation symphonique. Deux compositeurs marocains seront mis à l’honneur puisque l’OPM a choisi d’interpréter des œuvres de Graciane Finzi et Ahmed Essyad.

La première, de confession juive, ayant débuté ses études musicales au conservatoire de Casablanca, avant de s’embarquer pour   le  Conservatoire national supérieur de Paris où elle obtient de nombreux prix dont ceux de l’harmonie, contrepoint, fugue et composition. Le second, musulman,  ayant fait ses classes dans le conservatoire de musique de Rabat avant de prendre à son tour, la route pour la capitale française où il devint l’élève, puis l’assistant du compositeur, chef d’orchestre et professeur de composition franco-autrichien Max Deutsh.

Tous deux ont gardé une identité musicale forgée à la croisée de leur culture multiple: arabo-judéo-berbère, liée à leur pays natal: le Maroc. Un univers musical fait de références ancestrales, vivifiées au contact de la création contemporaine européenne qu’ils présenteront sous le signe du dialogue entre les cultures et les religions.

Chaque année, l’Orchestre philharmonique du Maroc ouvre sa saison par une série de concerts inédits s’articulant autour de grandes symphonies du répertoire et de concertos spectaculaires, en invitant des solistes de renommée internationale. Aujourd’hui, avec les concerts «Les religions à l’unisson» l’OPM s’est trouvé une mission d'ambassadeur de la paix, de la tolérance et du vivre ensemble.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc