International

Brexit: Un nouveau round de négociations sur fond d’incertitudes

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5124 Le 11/10/2017 | Partager
Londres et l’UE se renvoient la balle
Un Conseil européen pour établir les règles

La 5e session des discussions sur le Brexit (le processus de sortie du Royaume-Uni de l’UE) s’est ouverte le 9 octobre à Bruxelles. Les Européens et les Britanniques se sont renvoyé la balle sur le blocage des négociations. La Première ministre britannique Theresa May a appelé les membres de l’UE à être «souples» pour lancer la seconde phase des pourparlers.

La question du Brexit sera évoquée lors du Conseil européen prévu les 19 et 20 octobre. Ce sommet devra marquer une importante étape. Ceci avec la perspective pour les dirigeants européens d’y accepter l’ouverture de tractations sur les relations commerciales avec Londres après le Brexit. A condition toutefois que des progrès suffisants soient actés par l’UE sur les formalités du divorce, prévu fin mars 2019.

Bruxelles exige en effet des avancées sur trois dossiers prioritaires à savoir le règlement financier du divorce, le sort des expatriés et les conséquences du Brexit pour l’Irlande. En publiant deux livres blancs, Londres souhaite fixer sa future stratégie commerciale. Le gouvernement britannique se prépare à récupérer la gestion de ses frontières et de ses douanes dans la perspective du Brexit, selon le premier document. Il recouvre différents scénarios qui permettront au Royaume-Uni de gérer ses douanes et le prélèvement des taxes.

Ils doivent permettre au pays d’opérer comme une nation commerciale indépendante après le Brexit. Selon le livre blanc, les nouvelles règles douanières devront éviter l’instauration d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Mais aussi la mise en place de nouvelles barrières aux entreprises au sein du Royaume-Uni, y compris entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne.

Le second livre blanc fournit un ensemble de règles pour le commerce. Il stipule que le Royaume-Uni négociera des accords de libre-échange avec des pays tiers à l’UE pendant la période de transition. Celle-ci ne pourra pas dépasser deux ans. Elle permettra de maintenir une continuité et une stabilité pour les partenaires commerciaux, les entreprises britanniques et les citoyens.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc